mise à jour le 21 octobre 2011

Walter Feldmann

Compositeur suisse né le 4 septembre 1965 à Glarus.

Walter Feldmann étudie le français, le latin et la musicologie à l'université de Zürich, et la flûte avec Dominique Hunziker à Aarau. Il est flûtiste dans divers orchestres et dans l'ensemble Les joueurs de flûte. Compositeur autodidacte, il écrit ses premières œuvres en 1986. En 1991 il fonde l'Ensemble S à Zürich. Dès 1992 il est co-organisateur, puis, de 1994 à 2003, directeur artistique du festival Tage für Neue Musik Zürich. En 1993, il participe à la première Académie d'été de l'Ircam, où il est ensuite sélectionné pour le stage d'été en informatique musicale en 1996.

La musique de chambre est abondante dans catalogue de Walter Feldmann : plusieurs quatuors à cordes – « …à tournoyer » (1990), absences (« fragmenté ») (1991-1992), le second tour du noyé (1996-1997), ainsi que « se sont penchés dessus » (2004-2005), où les deux violons sont concertants –, des pièces avec saxophone, guitare, flûte et alto comme K K H pour saxophone baryton, guitare et électronique (2006-2007) et « incantation » pour guitare solo, flûte basse, saxophone baryton et alto (2007), ainsi que de nombreuses pièces dédiées à la flûte, parmi lesquelles « fort et longtemps » pour deux flûtes altos solistes et deux trios de flûtes (1999) et des transcriptions de Debussy pour ensemble de flûte Le sommeil de Lear (2008) et La fille aux cheveux de lin (2010).

Walter Feldmann intégre à ses compositions scène, espace et lumière. Il collabore étroitement en tant que flûtiste et compositeur avec le chorégraphe Gabriel Hernández (tHEL danse) à Paris, notamment pour how many parts of it – the one, – and (…), nr. 1 the one, coproduction Ircam-Biennale nationale de danse du Val de Marne (2001-2002) et fr.gm.nts - « .o. .a.y » jeux chorégraphiques pour flûte, alto et électronique (2002), ainsi que pour une pièce électronique, « sspd » / « sspd » saturé (2004).

Après un cycle sur Les Géorgiques de Claude Simon, « tellement froid que » (1996), « comme si le froid » (1998) et « n’était le froid » (1999-2001), il s'inspire des écrits d'Anne-Marie Albiach pour composer le concerto pour alto et ensemble « monstrueuse vécut dans le cadre » la mémoire, créé à Paris en 2004 par Odile Aubouin et l'Ensemble intercontemporain, suivit du grand triptyque « une géométrie » (2005-2007). En cours d'élaboration, un cycle de pièces pour piano s'appuie aussi sur ses textes.

Walter Feldmann reçoit le Prix de composition de la Ville de Zürich en 1999, le Prix de la fondation d’Etat Pro Arte en 2003. Sa musique est éditée chez Carus Verlag Stuttgart. Il enseigne la flûte traversière au lycée Alte Kantonsschule Aarau, vit et travaille à Zurich.

© Ircam-Centre Pompidou, 2011

Sources

Walter Feldmann

Lien Internet

Discographie

  • Walter FELDMANN, « how many parts of it – the one, – and [how many] [the] other » nr. 2 « the other », Mats Scheidegger et Stephan Schmidt : guitares, avec des œuvres de Helmut Lachenmann, Heinz Holliger et Adriana Hölszky, 1 cd Musiques Suisses, Grammont Portrait, 2004, MGB CTS-M 90.
  • Walter FELDMANN, « dolcificare a piacere » ; « r.e.c. », Ensemble æquatuor : Tobias Moster, Matthias Arter, Sylvia Nopper, Ingrid Karlen, avec des œuvres de Frederic Rzewsky et Mary Finsterer, 1 cd En Avant Records, 1999, ear-842 001 M.
  • Walter FELDMANN, le sexe du noyé, dans « Oboe plus », Matthias Arter : hautbois, avec des œuvres de Matthias Arter, Luciano Berio, Nicolaus A Huber et Rainer Boesch, 1 cd col legno, 1996, WWE 20009.

Bibliographie

  • Walter FELDMANN, « Duett » in kultzürichaussersihl, verlag um die ecke, Silvio Baviera, Zürich, 2010.
  • Walter FELDMANN, « From Basic Material to Dramaturgy : les géorgiques » in Polyphony & Complexity, Wolke Verlag Hofheim, 2002.
  • Walter FELDMANN, « Grenzüberschreitung und verantwortliche Kompetenz im Kultur- und Konzertbetrieb » in Musik und Ästhetik 13, Klett-Cotta Stuttgart, 2000.
  • Walter FELDMANN, « « fragmenté » (épilogue)« H II »  linéaires, Anne-Marie Albiach », dans tartine n° 8, Paris, juin 1993.
  • Walter FELDMANN, « approches : « H II »   linéaires », dans Nioques n° 4, La Sétérée, janvier 1992.