mise à jour le 4 May 2018

Heiner Goebbels

Compositeur et metteur en scène allemand, né le 17 août 1952 à Neustadt / Weinstrasse.

Né à Neustadt an der Weinstraße (Rhénanie-Palatinat), Heiner Goebbels s’initie très tôt à la pratique instrumentale (piano, violoncelle, guitare) dans le cadre familial. En 1972, il s’installe à Francfort pour y parachever ses études en sociologie (en 1975, avec un travail sur Hanns Eisler) et en musique (1978). Vivant dans un squat, il initie en 1976, suite à sa rencontre avec le saxophoniste de free-jazz Alfred Harth, le Sogenanntes Linksradikales Blasorchester (« Fanfare soi-disant d’extrême-gauche »), ensemble de rue mêlant musiciens professionnels et amateurs,  avec lequel il enregistre deux albums. Après la dissolution de celui-ci, il continue à jouer en duo avec Alfred Harth jusqu’en 1988, publiant plusieurs disques qui témoignent notamment de sa découverte des instruments électroniques et annoncent par moments ses compositions à venir. Entre 1982 et 1992, tous deux font également partie du groupe de rock expérimental Cassiber, aux côtés de Chris Cutler et Christoph Anders.

Parallèlement, Heiner Goebbels commence à composer pour le théâtre : en 1979, il est nommé directeur musical du Schauspielhaus de Francfort et signe au total une trentaine de musiques de scène (pour Hans Neuenfels, Claus Peymann, Matthias Langhoff, Ruth Berghaus) ou de film. Sa rencontre avec l’écrivain Heiner Müller, au milieu des années 1980, va s’avérer déterminante. C’est en effet sur des textes de Müller que Goebbels signe ses premières pièces radiophoniques : Verkommenes Ufer (1984), Wolokolamsker Chaussee (1989) ou SHADOW/Landscape With Argonauts (1990) révolutionnent l’art du Hörpsiel et valent à leur auteur de nombreuses distinctions (Hörspielpreis der Kriegsblinden, Prix Italia, Prix Karl Sczuka...). Elles témoignent à la fois d’un attachement au texte et d’un art d’agencer des matériaux hétérogènes que le compositeur va très vite appliquer à l’espace du plateau. Après des « concerts scéniques » (dont Der Mann im Fahrstuhl, 1987) et un concert pour danseur (Thränen des Vaterlands, 1986), les années 1990 voient ainsi Goebbels mettre en scène ces spectacles hybrides dont il a le secret : de Ou bien le débarquement désastreux (1990) à Stifters Dinge (2008), en passant par Schwarz auf Weiß (1996), Eraritjaritjaka (2004) ou encore l’« opéra » Landschaft mit entfernten Verwandten (2002), ceux-ci, puisant dans de multiples sources textuelles (Bertolt Brecht, Samuel Beckett, Gertrude Stein, Alain Robbe-Grillet, Edgar-Allan Poe, Joseph Conrad…) et faisant appel à des musiciens d’origines très diverses, abolissent la frontière entre opéra, concert et théâtre en jouant de la mise en tension entre tous les éléments à disposition (lumières, comédiens, scénographie...). Elles se prêtent également à une grande variété de déclinaisons (productions scéniques, pièces radiophoniques, installations plastiques, etc.). 

Depuis la fin des années 1980, Heiner Goebbels compose également des pièces de musique « autonome », en particulier pour l'Ensemble Modern, mais aussi l'Ensemble intercontemporain, l'Orchestre philharmonique de Berlin, le London Sinfonietta et l'Orchestra in the Age of Enlightenment... Conçu en 1994 pour la Junge Deutsche Philharmonie, et enregistré pour le label ECM, Surrogate Cities pour grand orchestre (1994) a été nominé aux Grammy Awards 2001. 

Membre de l'Académie des Arts de Francfort et de celle de Berlin, Heiner Goebbels a enseigné pendant vingt ans à l'Institut d'études théâtrales appliquées de l'université Justus-Liebig de Gießen, dont il est désormais professeur honoraire. Président de l'Académie de théâtre de Hesse entre 2006 et 2018, il a été de 2012 à 2014 directeur artistique de la Triennale de la Ruhr, y produisant trois ouvrages qu’il tient pour des jalons du théâtre musical : Europeras de John Cage, Delusion of the Fury de Harry Partch et De Materie de Louis Andriessen. Son œuvre lui a valu de très nombreuses distinctions, et a notamment fait l’objet d’une rétrospective dans le cadre de la biennale Musiques en scène, à Lyon, en 2014.

En juin 2018, Heiner Goebbels participe à l'académie ManiFeste de l’Ircam en engageant un vaste atelier pour de jeunes danseurs-chorégraphes et musiciens improvisateurs, dans la nef du Centquatre-Paris.


© Ircam-Centre Pompidou, 2010

Sources

  • Site personnel du compositeur
  • Éditions Ricordi

Bibliographie 

  • "Landschaft mit entfernten Verwandten" Festschrift für Heiner Goebbels (2018)
  • Heiner Goebbels, Musik-Konzepte Neue Folge 179, edition text + kritik, 2018. 
  • Aesthetics of Absence, Texts on Theatre, 2015
  • Przeciw Gesamtkunstwerk (2015)
  • Эстетика отсутствия Texts on Music and Theatre / ТЕКСТЫ О МУЗЫКЕ И ТЕАТРЕ (2015)
  • Ästhetik der Abwesenheit Texte zum Theater (2012)
  • Komposition als Inszenierung (2002)

Discographie

  • Heiner GOEBBELS, ensemble Klang dirigé par Keir Neuringer, Walden, 2013, EKR06.
  • Heiner GOEBBELS, Stifters Dinge, ECM, New Series, 2012, n°2216. 
  • Heiner GOEBBELS, « The Italian Concerto » : The Italian Concerto/Writing II 19.27 ; Ou bien Sunyatta ; Die Faust im Wappen ; So That Blood Dropped to the Earth, Heiner Goebbels : piano, percussion, Chris Cutler : batterie, Sira Djebate : voix, Boubacar Djebate : kora, Johannes Bauer : trombone, Jocelyn B. Smith : mezzo-soprano, Tiziano Popoli : clavier, sampler, Orchestra del Teatro Comunale di Bologna, direction : Franck Ollu, Ensemble Icarus, direction : Yoichi Sugiyama, 1 cd ReR IDA, 2009, n° 024.
  • Heiner GOEBBELS, Landschaft mit entfernten Verwandten, David Bennent : récitant, Georg Nigl : baryton, Ensemble Modern, Deutscher Kammerchor, direction : Franck Ollu, enregistrement live, festival d'automne Paris, octobre 2004, 1 cd ECM New Series 1811.
  • Heiner GOEBBELS, Eislermaterial, Josef Bierbichler : acteur, Ensemble Modern, direction : Heiner Goebbels [enregistrement live Hebbel-Theater, Berlin], 1 cd ECM New Series, 2002, n° 1779.
  • Heiner GOEBBELS, Surrogate Cities, Jocelyn B. Smith, David Moss : voix, Junge Deutsche Philharmonie, direction : Peter Rundel, 1 cd ECM New Series, 2000, n° 1688.
  • Heiner GOEBBELS, « Sogenanntes Linksradikales Blasorchester 1976-1981 », réédition des diques LPs Hört, hört! (1977) et Mit gelben Birnen (1980), cd 1 : Hört, hört : 1. Vorspiel und "Gedanken über die Rote Fahne" ; 2. Begleitung ; 3. Tagesschau ; 4. Ich bin halt die Kotze aus deiner Glotze ; 5. Chickmatch Blues ; 6. Die Fabriken und Stück ; 7. Circa ; 8. Rote Sonne ; 9. Der Anwalt des Schreckens ; 10. Ya no somos Nosotros ; 11. La Resistenca se organisa ; 12. Homesick Blues ; 13. Lied von der Gedankenfreiheit ; 14. Tschüs, cd 2 : Mit gelben Birnen : 1. Trotzalledem ; 2. Die Hügel von Ca'n Geroni ; 3. Hälfte des Lebens ; 4. Poema para el despertar de un nino ; 5. Ohne daß ich sagen würde, ich bin der neue Führer ; 6. Präludium ; 7. Einzugsmarsch ; 8. Zirkus ; 9. Baderkatalog ; 10. Großvater Stöffel ; 11. Trauermarsch ; 12. O'Guarracino ; 13. Maschine ; 14. Kommet Ihr Hirten ; Bonustracks : 15. Verstandsaufnahme ; 16. Poltergeist, Thomas Jahn, Gudrun Stocker, Cora Stephan: flûtes, Volker Haas, Reinhard Bussmann, Herwig Heise, Walter Ybema: clarinettes, Klaus Becker, Johannes Eisenberg, Gunther Lohr: trompettes, Barbara Müller-Rendtorff, Rolf Riehm, Henning Wiese: saxophones alto, Christoph Anders, Heiner Goebbels, Alfred Harth: saxophones ténor, Michael Hoehler, Peter Lieser: trombones, Uwe Schriefer, Jörn Stückrath, tubas, Ernst Stötzner: voix, 2 cd Trikont, 1999, n° 0258-2.
  • Heiner GOEBBELS, Black on White, basé sur la pièce de théâtre musical Schwarz auf Weiss, Ensemble Modern, direction : Heiner Goebbels, avec : Eva Boecker, Lila Brown, Uwe Dierksen, Roland Diry, Thomas Fichter, William Forman, Freya Kirby, Hermann Kretzschmar, Catherine Milliken, Jagdish Mistry, Rumi Ogawa-Helferich, Franck Ollu, Rainer Roemer, Peter Rundel, Noriko Shimada, Wolfgang Stryi, Dietmar Wiesner, Ueli wiget et la voix d'Heiner Müller, 1cd BMG Classics, 1997, n° 09026 68870 2.
  • Heiner GOEBBELS, Alfred 23 HARTH, « Goebbels Heart », 1. Berlin, Q-Damm 12.4.81 ; 2. Indianer für Morgen ; 3. Dunkle Wolk ; 4. Kein Kriegsspielzeug für Jonathan ;  5. Über den Selbstmord ; 6. Tagesanbruch ; 7. Ich, Bertolt Brecht ; 8. Abbau des Schiffes Oskawa durch die Mannschaft ; 9. Es lebt eine Gräfin in schwedischem Land ; 10. Die Vögel warten im Winter vor dem Fenster ; 11. Apfelböck oder die Lilie auf dem Felde ; 12. Der Pflaumenbaum ; 13 Liedchen aus alter Zeit ; 14. Sonett ; 15. Deutsches Lied ; 16. 1940 (Ich befinde mich auf dem Inselchen Lidingoe) ; 17. Die Reise nach Aschenfeld ; 18. Paradies und Hoelle können, avec Ernst Stoetzner et Dagmar Krause, 1 cd WAVE Tokyo, 1995, n° wwcx 20 42.
  • Heiner GOEBBELS, Ou bien le débarquement désastreux, André Wilms, Sira Djebate : voix, Boubakar Djebate : voix, kora, Yves Robert : trombone, Alexandre Meyer : guitare électrique, table-guitar, daxophone, Xavier Garcia et Heiner Goebbels : claviers, sampling et programmation, Moussa Sissoko : djembe, enregistré en juin 1994, 1 cd ECM, 1995, New Series n° 1552.
  • Heiner GOEBBELS, Schliemanns Radio, 12 Protokolle, basé sur la pièce de théâtre musical Newton's Casino, avec Sven Ake Johansson, Areti Georgiadou, Ralph-Daniel Mangelsdorff, 1 cd Hoerverlag Audiobooks, 1995.
  • Heiner GOEBBELS, « Hörstücke », Die Befreiung des Prometheus ; Maelstromsüdpol ; Wolokolamsker Chaussee I-V, avec Peter Broetzmann, David Bennent, Alexander Kluge, Ernst Stoetzner, Rene Lussier, Otto Sander, Megalomaniacs, We Wear The Crown, e.a., 3 cds ECM 1994, [ enregistrements de 1984-1990], n° 1452.
  • Heiner GOEBBELS, La Jalousie ; Red Run ; Herakles 2 ; Befreiung, Ensemble Modern, direction : Peter Rundel, avec les voix de Franck Ollu (La Jalousie) et Christoph Anders (Befreiung), 1 cd ECM New Series, 1992, n° 1483.
  • Heiner GOEBBELS, Alfred 23 HARTH, « Live à Victoriaville », 1. The Ballad of the Rotten Jacket ; 2. Los Campesinos ; 3. The Ballade of the Durable Grey Goose ; 4. The Laughing and the Crying Man ; 5. Lightning over Moscow ; 6. Imagine you're a Dolphin ; 7. On Suicide ; 8. Le Rappel des Oiseaux ; 9. The Peking Opera ; 10. At Last I Am Free ; Heiner Goebbels : clavier, Alfred Harth : saxophone, 1 cd Les Disques VICTO, n° victo CD 04.
  • CASSIBER, « A face we all know » : 1. This was the way it was ; 2. Remember ; 3. Old Gods ; 4. 2 'o clock in the morning ; 5. Philosophy (1) ; 6. Gut ; 7. Start the show ; 8. A screaming comes across the sky ; 9. They go in under archways ; 10. They have begun to move ; 11. Time gets faster ; 12. It's never quiet ; 13. Philosophy (2) ; 14. A screaming holds ; 15. Philosophy (3) ; 16. I was old ; 17. The way it was ; 18. To move, avec Heiner Goebbels, Christoph Anders, Chris Cutler et Alfred Harth, 1 cd ReR, 1989.
  • Heiner GOEBBELS, Der Mann im Fahrstuhl, sur un texte d'Heiner Müller, avec Arto Lindsay : voix, guitare, Ernst Stötzner : voix, Don Cherry : voix, trompette, doussn'gouni, Fred Frith : guitare, basse, Charles Hayward : batterie, George Lewis : trombone, Ned Rothenberg : saxophones, clarinette basse, Heiner Goebbels : piano, synthésiseur, programmation, 1 cd ECM, 1988, n°1369.
  • Heiner GOEBBELS, Alfred HARTH, Hommage/Vier Fäuste für Hanns Eisler ; Vom Sprengen des Gartens, 1 cd ReRMegacorps+.
  • CASSIBER, « Perfect Worlds » : 1. Dust and Ashes ; 2. Crusoe's Landing ; 3. Miracolo ; 4. Prometheus ; 5. Sleep Armed ; 6. In a Room ; 7. Todo dia ; 8. Orphee's Mirror ; 9. I tried to reach you, avec Heiner Goebbels, Christoph Anders, Chris Cutler et Alfred Harth, 1 cd ReR, 1986.
  • CASSIBER, « Beauty and the Beast » : 1. Six Rays ; 2. Robert ; 3. Last Call ; 4. Ach, heile mich ; 5. Haruspices ; 6. Under New Management ; 7. Vengeance is Dancing ; 8. In einer Minute ; 9. Und ich werde nicht mehr sehen ; 10. Prendre La Lune Avec Les Dents ; 11. At Last I Am Free ; 12. Time Running Out, avec Heiner Goebbels, Christoph Anders, Chris Cutler et Alfred Harth, 1 cd ReR, 1985.

Dvds

  • Heiner GOEBBELS, Landschaft mit entfernten Verwandten, Ensemble Modern, David Bennent, Georg Nigl, Deutscher Kammerchor, direction : Franck Ollu, 1 dvd Berlin, 2010, 55 minutes.
  • Heiner GOEBBELS, Walden, Ensemble Klang, Keir Neuringer, 1 dvd Ricordi, Amsterdam, 2008.
  • Heiner GOEBBELS, Peider A. DEFILLA (vidéaste), Schwarz auf Weiss ; ...meme soir, Ensemble Modern et Les Percussions de Strasbourg, 2 dvds Schott Music, musica viva, Wergo, Munich, 2007.
  • Heiner GOEBBELS, Eislermaterial (enregistrement de toutes les versions), Ensemble Modern, Josef Bierbichler, direction : Heiner Goebbels et Barry Gavin, 1 dvd, 1999.
  • Heiner GOEBBELS, Schwarz auf Weiss, Ensemble Modern, direction : Heiner Goebbels et Manfred Waffender, 1 dvd BMG Classics Video, 1997.
  • Heiner GOEBBELS, Die Befreiung des Prometheus [version scénique complète, version allemande], 1 dvd ReR Megacorp, 1993, 46 minutes.
  • Heiner GOEBBELS, La libération de Prométhée [version scénique complète, version française], 1 dvd ReR Megacorp, 1993, 46 minutes.
  • Heiner GOEBBELS, Ou bien le débarquement désastreux [extraits de la pièce de théâtre musical, en français], 1 dvd ReR Megacorp, 1993, 30 minutes.

 

Liens Internet