mise à jour le 20 juin 2011
© Hyou Vielz

Karlheinz Stockhausen

Compositeur allemand né le 22 août 1928 à Mödrath, près de Cologne, et décédé le 5 décembre 2007 à Kürten.

Né le 22 août 1928 à Mödrath, près de Cologne, Karlheinz Stockhausen est l’aîné des trois enfants de Simon, instituteur et musicien qui disparaîtra en 1945 sur le front de l’Est ; sa mère, également musicienne, sera « internée » dès 1932 et tuée en 1941. En 1951, Karlheinz Stockhausen épouse Doris Andreae ; naîtront quatre enfants dont Markus (1957) et Majella (1961) qui joueront plus tard un rôle de premier plan dans la création et la transmission de sa musique comme trompettiste et pianiste. En 1967, il épouse Mary Bauermeister avec qui il a deux nouveaux enfants dont Simon qui rejoindra à son tour le cercle des musiciens (synthétiseur).

Après une existence extrêmement difficile, où il apprend seul, il est admis à l’université de Cologne où il termine brillamment un cursus de très haut niveau (1948-1951) en rédigeant un mémoire approfondi sur la Sonate pour deux pianos et percussion de Bartók.

Dès l’été 1950, il a commencé à suivre les cours de Darmstadt, véritable creuset de la modernité d’alors, où il forge littéralement les grands axes de toute son œuvre à venir. L’influence d'Hindemith, exclusive dans l’Allemagne de 1947-1950 et sensible dans ses toutes premières pièces de 1950 (Chœurs, drei Lieder), est liquidée dès 1951, d’abord avec la découverte de Schoenberg (cours de Leibowitz) et surtout de Webern (avec Hermann Scherchen) puis avec celle de Messiaen dont il rejoindra la classe à Paris en 1952 et 1953. Ces deux révélations engagent sa pensée d’une façon absolument décisive : priorité absolue conférée aux principes weberniens de déduction et d’unité organique (Klavierstücke 1 – 4, Kontrapunkte) et conception radicalement neuve du temps musical saisie chez Messiaen (Kreuzspiel) mais aussi sens de la prospective collective – les premiers grands textes théoriques naîtront dès 1952 – et de la rationalité totale de l’écriture vécue comme exigence morale, jusque dans les toutes dernières œuvres.

La découverte de la musique concrète avec Pierre Schaeffer à Paris (1953) l’oriente vers le champ de la musique électronique dont il fonde l’histoire avec l’œuvre qui restera la référence, Gesang der Jünglinge (Chant des adolescents, 1956) et où s’affirme l’essentiel de sa puissance créatrice : unité globale comme résorption de l’hétérogénéité du matériau, exploration de l’espace (Kontakte, 1960) et du temps (Hymnen, 1967).

Si la musique de Stockhausen se déploie dans pratiquement tous les domaines – de la notation la plus millimétrée aux musiques intuitives où disparaît toute écriture musicale – la force unique qui la parcourt reste celle de la mélodie. Mise en retrait au temps du sérialisme orthodoxe des années cinquante, mais active dès les toutes premières œuvres, elle s’épanouira définitivement à partir de 1970 (Mantra) jusqu’à l’immense opéra en sept jours Licht (1977–2002). Le principe mélodique, donnée immédiate du processus de dépassement de toute dialectique de conflit dans l’œuvre, reflète aussi et surtout le rapport de Stockhausen au monde ; il est le vecteur le plus direct d’une foi profonde irriguant toute sa création et visant sans cesse davantage à incarner l’universalité et la paix. De ses dernières pièces, éléments du cycle inachevé Klang (les vingt-quatre heures du jour), émane un total apaisement devant la fin de la vie : le « Veni creator » de la deuxième pièce (Freude) – qui relie ici Stockhausen à Mahler - en est un des plus limpides témoignages, tandis que la quatrième (et dernière imprimée) a pour titre La porte du Ciel.

Au terme de cinq décennies consacrées en grande partie à la transmission de son œuvre et de son savoir (innombrables cours et conférences à travers le monde depuis 1958), il meurt le 5 décembre 2007 à Kürten près de Cologne où, en 1965, il avait lui-même conçu sa maison.


© Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques du Ministère des Affaires Etrangères, 2007

Sources

  • Karlheinz STOCKHAUSEN, Texte vol.1, 2, 3, Cologne, DuMont Schauberg, 1963, 1964, 1971; Texte vol.4, 5, 6, Cologne, DuMont, 1978, 1989, 1989; (tous ces textes sont réédités à Kürten, aux éditions Stockhausen) ; Texte vol. 7, 8, 9, 10, Kürten, éd. Stockhausen, 1998.
  • Jonathan COTT, Conversations avec Stockhausen, Paris, J.Cl. Lattès, 1979.
  • « Karlheinz Stockhausen », dans Contrechamps n° 9, Lausanne, L’Age d’Homme, 1988.
  • Programme du Festival d’Automne 1988, Éd. Contrechamps/Festival d’Automne.

Par François Decarsin

Les innombrables prospectives engagées dans le déploiement de toute l’œuvre de Karlheinz Stockhausen réalisent à la fois un idéal personnel d’exigence de nouveau – ne jamais reprendre (ne fut-ce que partiellement) une musique antérieure – et le projet d’intégration des données fondatrices d’autres cultures dans une écriture irréductiblement individuelle. Cette liaison entre le particulier et l’universel s’articule sur deux axes fondamentaux de la pensée : le principe omniprésent d’unité et la rupture définitive avec toute dialectique d’affrontement.

On voit la première de ces deux constantes irriguer les dispositifs formels les plus systématiquement récurrents comme celui du cycle dès 1959 (Zyklus, cheminement circulaire à travers les différentes qualités de la percussion) jusqu’aux ultimes expansions (Klang, 2005). La prédilection pour les conduites séquentielles plutôt que cumulatives définit entièrement la priorité du rapport – saisissable à chaque moment – entre le tout et les parties, tandis que la résorption des affrontements s’accomplit dans la pensée sérielle définie sans équivoque comme élaboration d’une infinité de gris intermédiaires unissant le blanc au noir. De l’insertion de segments conjoints dans les énoncés discontinus induits par la syntaxe des années cinquante (Klavierstück VI par exemple) jusqu’à la pratique quasi systématique des chromatismes entre deux sons principaux d’une formule – voire du glissando – (Licht), la pensée s’est concentrée avec toujours plus d’évidence sur la pertinence du rapport entre l’organisation de la totalité et l’identité des éléments constitutifs. C’est précisément sur cette priorité que s’articulent le rapport au sérialisme, la pensée de l’électronique et la grande mutation vers la mélodie puis la formule.

Le sérialisme

Aussitôt après la rupture avec l’héritage schönbergien, jugé inadéquat à la nouvelle pensée, la conjonction définitive avec Webern vise à fixer les données de toute la composition immédiatement à venir. Face à la prolifération des voix, produite par la complexité polyphonique tirant les ultimes conséquences de la tradition (Schönberg), doit alors s’imposer une conception différente dans sa nature, une articulation d’agencements moléculaires réalisée par une thématique devenue virtuelle. Non plus des voix, donc, mais des sons individuels pensés comme éclats de l’idée cryptée (la série) ou regroupés dans des ensembles identifiables par leur pure qualité sonore. Le cheminement de la « musique ponctuelle » vers la « composition par groupes », la binarité de la pensée elle-même – que Stockhausen partagera avec le Boulez de la Troisième Sonate (« Points – Blocs ») – est entièrement lisible dès les premières œuvres que viennent légitimer de solides écrits théoriques (1952).

Kontrapunkte, Kreuzspiel, les Klavierstücke n° 2 et 3 assument jusqu’à ses limites extrêmes la discontinuité de l’écriture webernienne : l’effacement des relations directes entre les sons force la focalisation de l’attention sur chaque son individuel, prolongeant directement le geste par lequel Webern transformait déjà un double canon en simple poudroiement (Symphonie op.21, premier mouvement). Apparaissent cependant des indices des révisions à venir comme la récurrence d’un son à hauteur fixe comme signalétique (sinon thématique) au milieu de la « muette indifférence » (Adorno) dans laquelle menace de sombrer la musique (Klavierstück n°2), ou le regroupement quasi mélodique suspendant l’éclatement (milieu de Kreuzspiel). La composition par groupes s’impose ainsi rapidement comme promesse de revitalisation d’une écriture parvenue aux « limites du pays fertile »…

Là encore, la lecture de Webern est décisive quand elle déchiffre la série qui ouvre le Concerto op. 24 non plus comme proposition globale mais comme articulation de quatre groupes aux morphologies autonomes (instrumentation, vitesse, intensité, phrasé, attaques). La question est moins de savoir si Stockhausen a seulement cherché, par cette analyse, à légitimer sa recherche personnelle que d’en saisir les prolongements qu’il lui donne aussitôt. En assimilant ces groupes de trois sons à des objets uniques, il déplace en effet radicalement le principe de la composition de structures fixées a priori comme thèmes ou motifs, vers celle de « proportions internes » assignées à des groupes de nature variable.

Ceux-ci, n’apparaissant d’abord que comme purs éléments statistiques (ascendant/descendant – monodique/polyphonique etc.) comme dans le premier Klavierstück de 1951, sont très vite centrés sur des sons principaux autour desquels gravitent des sons secondaires ; cette organisation satellitaire de l’écriture – fondamentale dans la pensée de l’œuvre tout entière – apparaît dès le Klavierstück n° 7 (1954) ou la fin du n° 9 (1961), et la révision (1962) de la première version de Punkte (1952) confirme l’ampleur de cette mutation.

Prolongeant cette décision, la pensée par groupes déborde le seul domaine de l’écriture ; quand, en 1961, la réflexion se concentre sur le problème de la forme, cette attitude irriguera en effet le concept de « moment » que Stockhausen détermine sur ces critères essentiellement qualitatifs : sonorité globale, densité, répétitions internes etc. ; même si le domaine abordé alors est celui de la musique électroacoustique (Kontakte), on voit resurgir l’invariable préoccupation : définition de « moments partiels » – aux propriétés spécifiques – et de « groupes » de moments ayant en commun une ou plusieurs propriétés. Là encore la régie de la totalité procède d’une articulation principal/secondaire bien davantage ancrée dans la globalité que dans la différence perpétuelle des détails : se révèle ici une donnée capitale de la pensée, celle de l’utopie d’une éternité inscrite dans un seul moment (a priori exempt de toute directionnalité) et plus encore dans l’addition de tous les moments qui définit une tendance irrépressible à « dépasser le temps conduisant à une fin, la mort ».

Sur le plan de l’organisation formelle, ce principe va rapidement révéler toute sa pertinence dans les années 1963 - 1968 où le déplacement de la notation strictement musicale vers un type plus généralement signalétique relativise l’écriture fixe au profit de sa transformation. L’interprète devient l’acteur décisif des métamorphoses d’un son en un autre (rythmiquement) par action sur des fréquences sinusoïdales (Mixtur, 1964), d’une vibration en un continuum sonore (Mikrophonie I, 1964) d’un discours inintelligible émis sur ondes courtes en une forme rigoureuse, ordonnée (Hymnen, 1967) etc. Dans tous ces cas de figure, l’organisation des sons (ou des événements) principaux coordonne infailliblement celle des sons (ou événements) secondaires, dérivés… en un mot : déduits. Après la courte abstraction totale (« musiques intuitives » sans aucune notation musicale), la partition de Stimmung (1968) synthétise explicitement toutes ces expériences : un seul accord – une seule vibration – engendre cinquante et une séquences systématiquement centrées sur un de ses sons constitutifs, projetant ainsi sur les multiples objets sonores un éclairage unique (le contraire exact de ce que fait un développement classique).

Cette conjonction entre tout et parties définit ainsi le sérialisme non plus comme seule technique mais comme une pensée qui fonde toutes les mutations du style sur l’organisation totale du matériau et le principe supérieur d’unité, de la composition électroacoustique à l’écriture mélodique.

La pensée de l’électronique

La dissolution des oppositions de nature entre les différentes catégories sonores, déjà visée dans les musiques de transformation précédentes, s’accomplit pleinement avec l’emploi de l’électronique permettent totalement ce « passage continu d’une perspective à une autre » que Stockhausen place comme finalité même de l’acte de composer. Après les Deux Etudes (1953) sur un matériau très simplifié et l’œuvre fondatrice – Gesang der Jünglinge (1955) – l’électronique n’interviendra donc pratiquement plus jamais seule ; Kontakte (1961) connecte le piano et la percussion aux sons préenregistrés, Hymnen (1967) existe en version électronique seule mais aussi avec instruments et, dans toutes les œuvres ultérieures avec électronique, la matrice restera l’écriture instrumentale de Mantra (1970) à Licht (2002). Les fonctions des multiples dispositifs requis sont en effet essentiellement de transformation, agissant alors sur un matériau souvent limité « pour y intégrer l’univers », ou de clarification de polyphonies complexes devenue hors de portée des musiques purement instrumentales. Dans ce cas la spatialisation dépasse le stade de la pure théâtralité pour rendre directement sensibles les directions et les vitesses des mouvements sonores (l’auditorium sphérique de l’exposition d’Osaka conçu pour les Kontakte reste la première concrétisation de cette orientation).

Mais l’une des incidences les plus décisives de l’électronique sur l’écriture reste la libération de potentialités illimitées dans la manipulation du temps. La réflexion théorique engagée dès les premières années dans le prolongement de Messiaen (emploi de modes de durées dans Kreuzspiel) s’élargira, avec l’intégration de critères qualitatifs (groupes et moments), jusqu’au postulat de l’Unité du temps musical (titre du texte fondamental de 1960). La pensée chromatique des durées individuelles devient ici pensée continue des catégories sonores où les différences de nature se résorbent dans une pure différence de degré. Les impulsions les plus rapides produisent les hauteurs, les impulsions pouvant être comptées définissent le domaine du rythme et les très lentes (de l’ordre du quart d’heure) celui de la forme, ce qu’argumente aussitôt l’électronique par la décomposition progressive et continue d’un son produit sur bande (environ mi bémol) jusqu’à un rythme de plus en plus lent puis un halo sonore autour de ce son jusqu’à son relais, un mi bémol au piano (Kontakte). Le mouvement a décrit le temps. Le passage de la première à la deuxième région des Hymnen amplifiera cette démonstration en dévoilant comment, à travers l’infiniment long ralentissement de La Marseillaise, des champs sonores a priori hétéronomes (bruits de foule, canard sauvages etc.) restent organiquement liés à un phénomène unique.

La référence à Lewis Carroll que Stockhausen a développée dans un de ses entretiens fixe parfaitement son rapport au temps ; à l’image d’Alice, une même structure musicale peut devenir infiniment lente ou infiniment rapide (Mantra, 1970), et c’est cette vision profondément idiomatique qui va fonder une grande part de l’invention des œuvres à venir, en particulier dans le domaine de la mélodie.

Enfin, dans une tout autre perspective, l’électronique peut venir accuser la puissance de procédés quasi incantatoires comme dans l’extension du Katinka’s Gesang (1984) extraite de Samedi – chaque nouvel exercice sur un seul son joué par la flûtiste est signalé par une véritable explosion dont les retombées enveloppent toute la séquence – ou dans la durée indéfiniment figée des Chœurs invisibles (Jeudi). L’outil dévoile ici sa signification essentielle, ancrée dès l’origine : participer avec la plus grande force possible au projet d’une musique spirituelle, religieuse ; les seuls mots intelligibles s’échappant de la fournaise électronique du Chant des adolescents étaient déjà des louanges au Seigneur…

De la mélodie à la formule

Les titres mêmes des toutes premières œuvres l’attestent : l’invention est d’abord résolument mélodique, même si les procédés savants d’inversion / rétrogradation sont déjà intégrés (Sonatine pour violon et piano, 1951), par une habitude née avec les jeux musicaux de l’enfance… Mais si l’irruption de la modernité conduit à mettre en retrait cette inclinaison, son abandon n’est pas d’emblée systématique ; le moment où, dans Kreuzspiel, les sons dispersés viennent se concentrer dans l’octave pour produire un dessin réellement chantable avant d’être propulsés à nouveau dans un espace complexe témoigne déjà de ce qui deviendra une constante du style : créer des structures mémorisables à côté d’opérations complexes pour garantir dans l’œuvre des relations tangibles entre éléments de base et déploiements plus cryptés.

1970 représente le tournant décisif entre l’écriture athématique et l’avènement de la « composition sur formule » avec Mantra et une œuvre emblématique - Formel (« formule ») créée en 1971 … mais conçue en 1951, dont la forme coïncide avec la gestation en douze stades successifs d’une mélodie de douze sons. Le concept de formule opère donc la synthèse entre série (douze sons), groupe (chaque son est centre d’un complexe spécifique, immédiatement identifiable), et mélodie (tous les sons apparaissent dans un espace assez restreint pour constituer une véritable structure mélodique).

Toutes les œuvres écrites de Mantra à Licht reposent chacune sur une formule génératrice propre qui ne se confond pas avec la série (laquelle pouvait servir de base à plusieurs œuvres simultanément). Leur principe d’engendrement rompt littéralement toute relation avec celui de développement en s’arrimant au cycle qui en est, globalement, la négation ; l’idée – la formule initiale – ne devient pas méconnaissable dans ses transformations mais change de physionomie au sein d’une totalité dont elle a elle-même dessiné la morphologie. Ainsi les propriétés de chaque groupe (« membre ») de la formule fixent l’enveloppe de chaque cycle que celle-ci sera amenée à parcourir (Mantra) ; moins complexe dans son principe, celle d’Inori (1974) condense les quatre grandes phases de l’histoire de la musique - rythme - mélodie - harmonie - polyphonie – qui deviendront respectivement, avec l’ajout de la dynamique, les cinq grands moments de la forme. La lisibilité des parcours devient presque didactique dans In Freundschaft (1977) : la formule est jouée sept fois avec des variations suffisamment allégées pour que perdure l’identité par-dessus la différence, perspective déjà très proche de celle de Licht (1977 - 2002). L’ampleur et la durée démesurées de cet ensemble conduisent, pour garantir une quelconque pertinence, à multiplier la perspective cyclique : triple formule fondatrice des sept opéras, formule spécifique à chacun des trois personnages clés du cycle (Michael, l’archange, Eva, la mère originelle, Luzifer, l’ange déchu); chaque opéra repose tout entier sur un membre de la triple formule et, sur les différents segments des formules individuelles sont écrites les quelques cent quinze pièces constituant le cycle. Celui-ci devient démultiplication indéfinie de l’idée originelle, à la fois mise en retrait et omniprésente : si, dans les pièces individuelles qui n’en explorent de l’intérieur (sans extrapolation à des sons qu’ils ne contiennent pas) que de très courts segments, le geste peut conduire à une perte de l’identité du tout, les connexions à la totalité ne sont jamais rompues précisément parce que les réservoirs de sons restent limités, chaque élément conservant une valeur signalétique propre, sans ambiguïté – un intervalle type, un gruppetto etc.

Sur un plan strictement syntaxique, l’unification du tout résulte de la force qui a toujours prévalu : la déduction. Mais la dimension supérieure, l’interprétation de l’écriture par celui-là même qui l’a pensée, met en jeu toute une utopie de l’éternité gagnée dans l’infinie durée de l’idée. Ce que la théorie envisageait déjà en 1960 (texte sur la « Momentform ») s’accomplit dans cette décantation du matériau accompagnant le retour de l’écriture mélodique. Ainsi le passage des Kontakte cité plus haut acquiert-il sa poétique la plus profonde au moment où, dans Sirius (1976) une mélodie jouée en sons instrumentaux (Bélier) s’éteint progressivement et où, de ce point d’extinction, naît une nouvelle mélodie (Balance) fabriquée avec des harmoniques de sons réels absents.

« Musique phénix » pour Stockhausen. C’est probablement ainsi que se révèle toute l’œuvre.

Sources

© Ircam-Centre Pompidou, 2008

  • Effectif non spécifié
    • <élec> Alphabet pour Liège treize scènes musicales pour solistes et duos (1972), Inédit
    • <élec> Die sieben Lieder der Tage pour voix, ou voix et instrument polyphonique ou pour instrument mélodique ou instrument mélodique et instrument polyphonique (1986), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • Kadenzen cadences pour concertos (1978-1985), Inédit
    • <élec> Klang Die 24 Stunden des Tages (2004-2007), Stockhausen Verlag
    • Originale théâtre musical avec Kontakte (1961), 1 h 34 mn, Universal Edition
  • Musique électronique / sur support / instruments mécaniques
    • <élec> Cosmic pulses pour électronique (2006-2007), 32 minutes, Inédit
    • <élec> Elektronische Musik mit Tonszenen vom Freitag aus Licht avec ensemble de douze sopranos et basses et instruments électroniques (1991-1994), 2 h 25 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Gesang der Jünglinge pour sons électroniques et concrets (1955-1956), 13 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Hymnen musique électronique et concrète (1966-1967), 1 h 54 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Inori pour un ou deux danseurs-mimes et bande magnétique (1973-1974), 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kontakte pour sons électroniques (1958-1960), 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mittwochs - Gruss pour électronique (1998), 54 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mittwochs-Abschied pour électronique et musique concrète (1996), 44 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Montag - Abschied (Evas Abschied) pour bande (avec flûte piccolo, voix de sopranos multiples et claviers électroniques) (1986-1988), 28 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Oktophonie musique électronique de Dienstag aus Licht (1990-1991), 1 h 09 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Studie I pour sons électroniques (1953), 10 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Studie II musique électronique (1954), 3 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Telemusik musique électronique (1965-1966), 16 minutes, Universal Edition
    • <élec> Two couples musique électronique et concrète (1992-1999), 21 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Unsichtbare Chöre pour chœur enregistré (bande 16 cannaux, 8 ou 2 pistes) (1979), 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Weltraum Freitags - Gruss et Freitags - Abschied (1991-1994), 2 h 26 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Étude musique concrète (1952), 3 minutes, Stockhausen Verlag
  • Musique soliste (sauf voix)
    • Amour cinq pièces pour clarinette (1976), 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • Amour pour flûte (1976-1981), 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • Amour pour saxophone (1976-2003), 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Aries pour trompette et électronique (1977), 15 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • Bassetsu pour cor de basset (1997), 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • Der Kleine Harlekin pour clarinette (1975), 9 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Edentia pour saxophone soprano et électronique (2007), 19 minutes, Inédit
    • <élec> Eingang und Formel pour trompette (1978), 2 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Entführung solo pour flûte piccolo (1986), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Spiegel pour cor de basset (1984), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Fagott de Orchester Finalisten, pour basson et électronique/projection du son (1995-1996), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • Flautina solo pour flûte avec piccolo et flûte alto (1989), 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Flöte de Orchester Finalisten, pour flûte et électronique / projection du son (1995-1996), 5 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freia pour flûte (1991), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freia pour cor de basset (1991), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Harlekin pour clarinette (1975), 45 minutes, Stockhausen Verlag
    • Harmonien pour flûte (2006), 15 minutes, Inédit
    • Harmonien pour trompette (2006), 16 minutes, Inédit
    • Himmels-Tür pour un percussioniste et une petite fille (2005), 28 minutes, Stockhausen Verlag
    • In Freundschaft pour clarinette (1977), 15 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec ircam> Kathinkas Gesang als Luzifers Requiem pour flûte et bande (1985), 33 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Klarinette de Orchester Finalisten, pour clarinette et électronique / projection du son (1995-1996), 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • Klavierstück IX pour piano (1954-1961), 10 minutes, Universal Edition
    • Klavierstück V pour piano (1954), 5 minutes, Universal Edition
    • Klavierstück VI pour piano (1954-1955), 26 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Klavierstück VII pour piano (1954-1955), 7 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Klavierstück VIII pour piano (1955), 2 minutes, Universal Edition
    • Klavierstück X pour piano (1954-1961), 23 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Klavierstück XI pour piano (1956), 14 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Klavierstück XII pour piano solo (1979-1983), 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Klavierstück XIII Luzifers Traum, pour piano solo (1981), 36 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Klavierstück XIV befruchtung mit Klavierstück [Conception avec pièce pour piano] (1985), 6 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Klavierstück XVI pour piano et bande (1995), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Klavierstück XVIII (Mittwoch - Fomel) pour clavier électronique (2004), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • Klavierstücke I-IV pour piano (1952-1953), 8 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Komet Klavierstück XVII, pour clavier électronique, électronique, musique concrète et projection du son (1994-1999), 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Komet version pour percussioniste, électronique et musique concrète et projection du son (1994-1999), 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kontrabass de Orchester Finalisten, pour contrebasse et électronique / projection du son (1995-1996), 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Libra pour clarinette basse et électronique (1977), 33 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Montags - Gruss (Eva - Gruss) pour plusieurs cors de basset et instruments électroniques (ou pour bande magnétique) (1986-1988), 34 minutes, Stockhausen Verlag
    • Natürliche Dauern 1-24 pour piano (2005-2006), 2 h 20 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Nebadon pour cor et électronique (2007), 22 minutes, Inédit
    • <élec> Oberlippentanz pour trompette piccolo (1983), 13 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Oboe de Orchester Finalisten, pour hautbois et électronique / projection du son (1995-1996), 5 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Paradis pour flûte et électronique (2007), 18 minutes, Inédit
    • Piccolo pour flûte piccolo (1977), 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Pietà pour bugle, soprano et électronique (ou pour bugle et électronique) (1990-1991), 28 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Posaune de Orchester Finalisten, pour trombone et électronique / projection du son (1995-1996), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Signale zur Invasion pour trombone et électronique ad libitum (1992), entre 19 minutes et 52 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Solo pour un instrument mélodique avec réinjection (1965-1966), entre 10 minutes et 20 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Spiral pour un instrument et ondes courtes (1968), 2 h 15 mn, Universal Edition
    • <élec> Strahlen pour percussioniste et bande magnétique dix pistes (2002), 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Susani pour cor de basset (1984), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Susani's echo pour flûte alto (1985), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Synthi - Fou Klavierstück XV, pour clavier électronique et électronique (1991), 23 minutes, Stockhausen Verlag
    • Thinki pour flûte (1997), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • Tierkreis douze mélodies des constellations, pour un instrument mélodique ou harmonique (1974-1975), 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Traum-Formel pour cor de basset (1981), 9 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Trompete de Orchester Finalisten, pour trompette et électronique / projection du son (1995-1996), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tuba de Orchester Finalisten, pour tuba et électronique / projection du son (1995-1996), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Uversa Klang, 16. Stunde, pour cor de basset et électronique (2007), 23 minutes, Inédit
    • <élec> Vibra - Elufa pour vibraphone (2003), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Vier Sterne aus Amour pour violoncelle (1976-1998), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Viola de Orchester Finalisten, pour alto et électronique / projection du son (1996), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Violine de Orchester Finalisten, pour violon et électronique / projection du son (1995-1996), 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Violoncello de Orchester Finalisten, pour violoncelle et électronique / projection du son (1995-1996), 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Xi pour un instrument mélodique avec micro-tons (1986), entre 6 minutes et 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Xi version pour cor de basset (1986), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Xi version pour flûte alto ou flûte (1986), 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ypsilon pour un instrument mélodique avec micro-tons (1989), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ypsilon version pour cor de basset (1989), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ypsilon version pour flûte (1989), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • Zyklus pour percussion (1959), 13 minutes, Universal Edition [note de programme]
  • Musique de chambre
    • <élec> 3 x Refrain 2000 pour piano, célesta, vibraphone et projecteur de son (2000), 1 h 01 mn, Stockhausen Verlag
    • Adieu für Wolfgang Sebastian Meyer, pour quintette à vent (1966), 16 minutes, Universal Edition
    • <élec> Ave pour cor de basset et flûte alto (1984-1985), 23 minutes, Stockhausen Verlag
    • Balance pour clarinette basse, cor anglais et flûte (2006-2007), 30 minutes, Inédit
    • <élec> Bassetsu - Trio pour cor de basset, trompette et trombone et projection du son (1997), 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Bijou pour flûte alto, clarinette basse et bande (1980), 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Der Kinderfänger pour flûte, deux synthétiseurs, percussion et bande (1986), 32 minutes, Stockhausen Verlag
    • Donnerstags-Abschied (Michaels-Abschied) pour cinq trompettes (ou une trompette sur bande magnétique quatre pistes) (1980), entre 11 minutes et 30 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Drachenkampf pour trompette, trombone, orgue électrique ou synthétiseur, deux danseurs ad libitum et un percussioniste ad libitum (1980), 13 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Düfte - Zeichen version pour flûte alto et cor de basset avec synthétiseur (2002), 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • Elufa pour flûte, cor de basset et électronique ad libitum (1991), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Erwachen pour violoncelle, trompette et saxophone soprano (2006-2007), 30 minutes, Inédit
    • Expo pour trois instrumentistes-chanteurs, avec trois récepteurs d'ondes courtes (1969-1970), 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • Freude pour deux harpes (2005), 41 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Für Kommende Zeiten dix-sept textes pour musique intuitive (1968-1970), Stockhausen Verlag
    • Glanz pour sept instrumentistes (2006-2007), 40 minutes, Inédit
    • Glück pour basson, cor anglais, hautbois et synthétiseur (2006-2007), 30 minutes, Inédit
    • <élec> Halt pour trompette et contrebasse (1978), 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Helikopter-Streichquartett pour quatuor à cordes, quatre hélicoptères et quatre caméras vidéo, transmetteurs télé, micros et équipemement de transmission (1992-1993), 31 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Herbstmusik musique de théâtre pour quatre instrumentistes (1974), 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • Hoffnung pour violoncelle, alto, violon et tam-tam (2006-2007), 35 minutes, Inédit
    • <élec> Hymnen musique électronique et concrète, version avec quatre solistes (1966-1967), 26 minutes, partition retirée du catalogue
    • <élec> Kathinkas Gesang als Luzifers Requiem pour flûte et six percussionistes ou pour flûte solo (1982-1983), 33 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Kathinkas Gesang als Luzifers Requiem version pour flûte et piano multiple (1983), 33 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinntanz version pour euphonium, percussion et synthétiseur (1983-1989), 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Knaben - Duft solo pour alto avec synthétiseur et six vocalystes (live ou enregistrés) (2002), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Knabenduett pour deux saxophones soprano ou deux autres instruments (1980), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kontakte pour piano, percussion et bande (1958-1960), 35 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Laub und Regen pour clarinette et alto (1974), 11 minutes, Stockhausen Verlag
    • Licht - Ruf pour trompette, cor de basset et trombones ou autres instruments (1995), 1 h 50 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Linker Augenbrauentanz pour flûte, cor de basset, percussion et synthétiseur (1983), Stockhausen Verlag
    • <élec> Linker Augentanz pour soxophones, percussion et synthétiseur (1983-1990), 20 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Linker Backentanz pour trompettes, trombones, percussion et synthétiseur (1983-1990), Stockhausen Verlag
    • <élec> Mantra pour deux pianistes (1969-1970), entre 1 h 05 mn et 1 h 12 mn, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • Michaels-Ruf pour quatre trompettes (1978), 2 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mikrophonie I pour tam-tam, deux micros et deux filtres à potentiomètres (1964), 22 minutes, Universal Edition
    • <élec> Mission und Himmelfahrt pour trompette et cor de basset (1978), 18 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mittwoch - Formel pour trois percussionistes (métal - bois - peau) (2004), 24 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Musik im Bauch pour six percussionistes et boîtes à musique (1975), 38 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Nasenflügeltanz pour percussion et synthétiseur ou pour percussion solo (1983-1990), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Pole pour deux instrumentistes-chanteurs avec deux récepteurs d'ondes courtes (1969-1970), 1 h 05 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Quitt pour flûte alto, clarinette et trompette (1989), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Rechter Augenbrauentanz pour clarinettes, clarinette(s) basse, percussioniste, synthétiseur (1983-2003), 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • Rechter Augentanz pour hautbois, cors anglais, bassons, percussion, synthétiseurs (1983-1990), Stockhausen Verlag
    • Rechter Backentanz pour trompettes, trombones, percussion et synthétiseur (1983-1990), Stockhausen Verlag
    • Refrain pour trois instrumentistes (1959), 12 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Rotary pour quintette à vent (1997), 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • Saxophone pour saxophone soprano et bongo ou pour saxophone soprano solo (1977), 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • Schlagtrio pour piano et deux timbaliers (1952, 1973-1974), entre 12 minutes et 24 minutes, Universal Edition
    • Schönheit Klang, 6. Stunde, pour clarinette basse, flûte et trompette (2006), 30 minutes, Inédit [note de programme]
    • Sonatine pour violon et piano (1951), 11 minutes, Universal Edition
    • <élec> Sonntags - Abschied musique électronique, pour cinq synthétiseurs (2001-2003), 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Sukat pour cor de basset et flûte alto (1989), 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tanze Luzefa ! pour cor de basset et clarinette basse (1980), 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • Tierkreis pour clarinette et piano (1974-1981), 24 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tierkreis trio-version, pour clarinette, flûte et piccolo, trompette et piano (1974-1983), 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • Treue Klang, 11. Stunde, pour clarinette basse, cor de basset et clarinette en mib (2006-2007), 30 minutes, Inédit
    • <élec> Trumpetent pour quatre trompettes et projection du son (1995), 16 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Wochenkreis (die sieben Lieder der Tage) duo pour cor de basset et synthétiseur (1986-1988), 25 minutes, Stockhausen Verlag
    • Zeitmasze pour cinq vents (1955-1956), 15 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Zungenspitzentanz pour flûte piccolo, danseur ad libitum, deux euphoniums ou synthétiseur, percussioniste ad libitum, ou pour piccolo solo (1983), 9 minutes, Stockhausen Verlag
  • Musique instrumentale d'ensemble
    • Aus den sieben Tagen quinze textes composés pour musique intuitive (1968), Universal Edition
    • <élec> Der Jahreslauf version concert, pour orchestre moderne, bande et projection du son (1977), 46 minutes, Stockhausen Verlag
    • Donnerstag-Gruss (Michaels-Gruss) pour huit cuivres, piano et trois percussionistes (1978), 11 minutes, Stockhausen Verlag
    • Dr K-Sextett pour flûte, violoncelle, cloches tubulaires et vibraphone, clarinette basse, alto et piano (1969), 3 minutes, Universal Edition
    • Europa - Gruss pour vents et synthétiseur ad libitum (1992-2002), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • Formel pour orchestre (1951), 13 minutes, Universal Edition
    • Fresco pour quatre groupes orchestraux (1969), Universal Edition
    • Fünf Sternzeichen pour orchestre (1974-2004), 11 minutes, Stockhausen Verlag
    • Gruppen pour trois orchestres (1955-1957), 24 minutes, Universal Edition
    • <élec> Hymnen (Dritte Region) musique électronique avec orchestre (1969), 42 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Inori adoration pour un ou deux solistes et grand orchestre (1973-1974), 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Inori adoration pour un ou deux solistes (danseurs-mimes) et orchestre de chambre (1976-1977), 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Jubiläum pour orchestre (1977), Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinntanz version pour euphonium, percussion, trombones alto, cors ténors et barytons et tubas (1983-1989), 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • Kontra-Punkte pour dix instruments (1952-1953), 14 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Kreuzigung pour cuivres et clavier (1978), 18 minutes, Stockhausen Verlag
    • Kreuzspiel pour hautbois, clarinette basse, piano et trois percussionnistes (1951), 12 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Kurzwellen pour six instrumentistes et récepteur d'ondes courtes (1968), entre 50 minutes et 1 h 05 mn, Universal Edition
    • Michaels-Ruf pour ensemble variable en huit groupes (1978), 2 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mixtur pour orchestre, quatre générateurs d'ondes et quatre modulateurs en anneaux (1964), 27 minutes, Universal Edition
    • <élec> Mixtur version pour petit orchestre, quatre générateurs d'ondes et quatre modulateurs en anneaux (1964-1967), 28 minutes, Universal Edition
    • <élec> Mixtur 2003 pour cinq groupes instrumentaux, quatre générateurs d'ondes sinusoïdales, quatre mixeurs de son, quatre modulateurs en anneau et projection du son (1967-2003), 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Oberlippentanz (protest) pour trompette piccolo, trombone ou euphonium, quatre ou huit cors et deux percussionnistes (1983), 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Orchester-finalisten pour orchestre et électronique / projection du son (1995-1996), 45 minutes, Stockhausen Verlag
    • Plus-Minus deux fois sept pages à réaliser, pour effectif variable (1963), 35 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Prozession pour tam-tam, alto, électronium, piano, microphone et filtre (six interprètes) (1967), 32 minutes, Universal Edition
    • Punkte pour orchestre (1952-1962, 1966, 1993), 27 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Samstags - Gruss (Luzifers - Gruss) pour vingt-six cuivres et deux percussionistes (1984), 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • Spiel pour orchestre (1952), 16 minutes, Universal Edition
    • <élec> Stop pour orchestre (1965), 17 minutes, Universal Edition
    • Stop version Paris, pour dix-huit instrumentistes en six groupes (1969), 20 minutes, Universal Edition
    • Stop und Start pour six groupes d'instruments (2001), 21 minutes, Stockhausen Verlag
    • Tierkreis pour orchestre de chambre (1974-1977), 24 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Trans pour orchestre et bande magnétique (1971), 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Willkommen pour trompettes, trombones et deux synthétiseurs (1988), 1 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ylem pour dix-neuf instrumentistes/chanteurs (1972), 26 minutes, Stockhausen Verlag
  • Musique concertante
    • <élec> Michaels Reise version soliste pour trompette avec neuf co-interprètes (1978-1984), 48 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaels Reise um die Erde pour trompette et orchestre (1978), 47 minutes, Stockhausen Verlag
  • Musique vocale et instrument(s)
    • <élec> Antrag pour soprano, basse, flûte, cor de basset et électronique (1994), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Argument pour ténor, basse, orgue électrique ou synthétiseur et trompette, trombone et percussion ad libitum (1980), 11 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Atmen gibt das Leben opéra pour chœur avec orchestre ou bande magnétique (1974-1977), 53 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Botschaft pour cor de basset, flûte alto, chœur et orchestre moderne (1984-1985), 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • Carré pour quatre orchestres et quatre chœurs (et quatre chefs) (1959-1960), 36 minutes, Universal Edition
    • <élec> Cuchulainn (Monday Scent) pour soprano et synthétiseur (2002), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Das Grosse Geweine pour trois sopranos, basse, chœur (live ou sur bande), orchestre moderne et électronique (1987), 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • Der Kinderfänger pour flûte alto et piccolo, chœur d'enfant, orchestre moderne et cor de basset ad libitum (1986), 30 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Dienstag aus Licht opéra en un salut, deux actes et un adieu, pour dix-sept acteurs musiciens (trois voix et dix instruments solistes, quatre danseurs mimes), acteurs, mimes, chœur, orchestre et bande (1977-1991), 2 h 36 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Dienstags - Abschied pour chœur, clavier électronique et dispositif électronique (1991), 23 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Dienstags - Gruss Wilkommen mit Friedens - Gruss, pour soprano, neuf trompettes, neuf trombones, deux synthétiseurs, chœur, chef et chef assistant (1987-1988), 21 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Donnerstag aus Licht opéra en trois actes pour quatorze solistes (troix voix, huit instrumentistes, trois danseurs), chœur, orchestre et bandes (1978-1980), 4 h, Stockhausen Verlag
    • Drei Lieder pour voix d'alto et orchestre de chambre (1950), 19 minutes, Universal Edition
    • <élec> Düfte - Ziechen pour sept voix, voix d'enfant, synthétiseur et projection du son (2002), 57 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Erste - Geburts Arie pour trois sopranos, chœur (live ou sur bande), synthétiseur, bande et électronique (1987), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Erstgeburt pour trois sopranos, trois ténors, basse, acteur, chœur (live ou sur bande), vingt et une actrices, chœur d'enfants, orchestre moderne (trois synthétiseurs, percussion, bande) et électronique / projection du son (1987), 1 h 33 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Lied pour sept voix d'enfants, quatre cors de basset (dont trois cornistes femmes, dont un cor de basset vocal), orchestre moderne et chœur de femmes ad libitum (1984), 44 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Zauber pour cor de basset, flûte, chœur, chœur d'enfants et orchestre moderne (1984-1986), 57 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Zweitgeburt pour sept voix d'enfants, quatre cors de basset (dont trois instrumentistes femmes, dont un cor de basset vocal), piano, chœur (live ou sur bande), vingt et une actrices, chœur de filles, orchestre moderne (1984-1987), 1 h 06 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Examen pour ténor, trompette, danseur, piano, cor de basset et « jury » ad libitum : soprano, basse, deux danseurs-mimes et deux bandes (1979), 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Fall pour soprano, baryton, flûte, cor de basset et projection du son (1994), 18 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Festival pour ténor, soprano, basse, trompette, cor de basset, trombone, deux saxophones soprano, trois danseurs-mimes, vieille femme, chœur et orchestre, bande magnétique avec chœur enregistré (1980), 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freitag - Versuchung pour trois voix et deux instruments solistes, chœur et orchestre d'enfants, chœur de douze chanteurs, synthétiseur, douze couples de danseurs-mimes et projection du son (1991-1994), 2 h 25 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freitag aus Licht opéra en une salutation, deux actes et un adieu, pour trois voix, trois instruments solistes, orchestre, chœur d'enfants, chœur, synthétiseur, douze couples de danseurs-mimes et électronique (1991-1994), 4 h 50 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Geburts - Arien pour trois sopranos, trois ténors, chœur (live ou sur bande), synthétiseur et bande (1987), 17 minutes, Stockhausen Verlag
    • Himmelfahrt pour orgue ou synthétiseur, soprano et ténor (2004-2005), 37 minutes, Stockhausen Verlag
    • Himmels - Duft duo pour voix d'enfant et alto (2002), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Hoch - Zeiten pour chœur et orchestre avec deux chefs et projection du son (2001-2002), 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> In Hoffnung mit Heinzelmännchen, pour trois sopranos, chœur (live ou sur bande), vingt et une actrices, orchestre moderne et électronique (1987), 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Invasion - Explosion mit Abschied pour soprano, ténor, basse, chœur, cuivres et synthétiseurs (1990-1991), 1 h 14 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Jahreslauf vom Dienstag pour ténor, basse, quatre danseurs-mimes, un acteur-chanteur, trois mimes, très belle femme, orchestre moderne de quatorze instruments, bande et projectioniste du son (1977-1991), 1 h 01 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Chor pour par exemple vingt-quatre voix et basse dirigeant, synthétiseur et électonique / projectioniste de son (1994), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Krieg pour chœur d'enfant (si possible dirigeant), synthétiseur et électronique / projectioniste de son (1994), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Orchester pour par exemple seize instruments, soprano dirigeant, flûte, cor de basset, synthétiseur et électronique / projectioniste de son (1994), 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Tutti pour chœur et orchestre d'enfants, soprano dirigeant, basse, flûte, cor de basset, synthétiseur et projectioniste de son (1994), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Kindheit pour ténor, soprano, basse, trompette, cor de basset, trombone, danseur et bandes magnétiques (1979), 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Knabengeschrei pour trois sopranos, basse, acteur, chœur (live ou sur bande), chœur d'enfants, orchestre moderne et électronique (1987), 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kyphi (Tuesday scent) pour ténor et basse avec synthétiseur (2002), 5 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Licht Les sept jours de la semaine, pour voix solistes, instruments solistes, danseurs solistes, chœurs, orchestres, ballets et mimes, électronique et musique concrète (1977-2003), Stockhausen Verlag
    • <élec> Licht-Bilder pour ténor, flûte, trompette, synthétiseur et électronique (2002), 45 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Lichter - Wasser (Sonntags - Gruss) pour soprano, ténor et orchestre avec synthétiseur et projection du son (1998-1999), 51 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Luzifers - Abschied pour chœur d'hommes, orgue et sept trombones (live ou sur bande) (1982), 58 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Luzifers Tanz pour basse (ou trombone ou euphonium), trompette piccolo, flûte piccolo, orchestre de vents ou orchestre symphonique, danseurs sur échasses, danseur, ballet ou mimes (1983), 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Luzifers Traum, oder Klavierstück XIII pour basse et piano (1981), 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • Luzifers Zorn pour basse, acteur, synthétiseur et bande magnétique (1987), 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mastix (Wednesday Scent) pour soprano, ténor, baryton avec synthétiseur (2002), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaelion (Presidency - Lucicamel - Operator) pour basse, chœur, deux danceurs, ensemble et électronique (1997), 53 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaels Heimkehr pour ténor, soprano, basse, trompette, cor de basset, trombone, deux saxophones soprano, orgue électrique ou synthétiseur, trois danseurs-mimes, vieille femme, chœur, orchestre et bandes (1980), 1 h 18 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaels Jugend pour soprano, ténor, basse, trompette, cor de basset, trombone, piano, orgue électrique, trois danseurs-mimes et bande magnétique (avec chœur et instruments) (1978-1979), 1 h 04 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mikrophonie II pour douze chanteurs, orgue Hammond, quatre modulateur en anneaux et bande magnétique (1965), 15 minutes, Universal Edition
    • <élec> Mittwoch aus Licht opéra en une salutation, quatre scènes et un adieu pour neuf instrumentistes, un chœur avec chef chantant, orchestre, danseurs-mimes et électronique (1995-1997), 4 h 27 mn, Stockhausen Verlag
    • Momente pour soprano solo, quatre chœurs et treize instrumentistes (1962, 1965, 1972), 13 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mondeva pour ténor et cor de basset et ad libitum : soprano, basse, trombone, mime, orgue électrique ou synthétiseur et deux bandes magnétiques (1978-1979), 13 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Montag aus Licht opéra en trois actes, un salut et un adieu pour 21 solistes (14 voix, 6 instrumentistes, 1 acteur), chœur, 21 actrices, chœur d'enfants, chœur de filles, orchestre moderne (3 synthétiseurs, percussioniste et bande), chef, projectioniste de son (1984-1988), 4 h 38 mn, Stockhausen Verlag
    • Mädchenprozession version a cappella, pour chœur de filles a cappella et piano (1984-1987), 19 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mädchenprozession Befruchtung mit Klavierstück - Wiedergeburt, pour chœur de jeunes filles, piano, chœur (live ou sur bande) et orchestre moderne (1984-1987), 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Reue pour soprano, flûte, cor de basset et électronique / projection du son (1994), 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Rosa Mystica (Thursday Scent) pour ténor avec synthétiseur (2002), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Samstag aus Licht opéra en un salut et quatre scènes pour treize solistes (une voix, dix instrumentistes, deux danseurs), orchestre de vents, ballet ou mimes, chœur d'hommes avec orgue (1981-1983), 3 h 05 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Sirius pour soprano, basse, clarinette basse, trompette et électronique (1975-1977), Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Sonntag aus Licht opéra en cinq scènes et un adieu, pour dix voix solistes, une voix d'enfant, quatre instruments solistes, deux chœurs, deux orchestres, électronique et projection du son (1998-2003), 4 h 38 mn, Stockhausen Verlag
    • Sternklang musique pour parc, pour cinq groupes (vingt-et-un chanteurs et instrumentistes) (1971), 2 h 30 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tate Yunanaka (Friday Scent) pour soprano et baryton avec synthétiseur (2002), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • Tierkreis pour voix et instrument harmonique (1974-1975), 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ud (Saturday Scent) pour basse avec synthétiseur (2002), 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Vision pour ténor, trompette, danseur, orgue hammond, bande magnétique et jeux d'ombres ad libitum (1980), 28 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Weihrauch / Frankincense (Sunday Scent) pour soprano et ténor avec synthétiseur (2002), 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Zustimmung pour soprano, basse, flûte, cor de basset, synthétiseur et électronique / projectioniste de son (1994), 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Zweite - Geburts Arie pour trois ténors, trois sopranos, chœur (live ou sur bande), synthétiseur, bande magnétique et électronique (1987), 9 minutes, Stockhausen Verlag
  • Musique vocale a cappella
    • <élec> Am Himmel Wande ich chanson indo-américaine pour deux voix (1972), 51 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Capricorn pour basse et électronique (1977), 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Chor - Spirale pour chœur de douze chanteurs (1994), 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • Choral pour chœur a cappella (1950), 4 minutes, Universal Edition
    • Chöre für Doris pour chœur mixte a cappella (1950), 9 minutes, Universal Edition
    • Engel - Prozessionen pour chœur a cappella (2000), 40 minutes, Stockhausen Verlag
    • Frühe Noten recueil pour chœur (1950-1951), Universal Edition
    • <élec> Geburts - Fest musique pour chœur avec scènes sonores, version d'Evas Erstgeburt (1987), 1 h 08 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Havona pour basse et électronique (2007), 24 minutes, Inédit
    • <élec> Jerusem pour ténor et électronique (2007), 21 minutes, Inédit
    • <élec> Kinderspiel musique pour chœur avec scènes sonores, version de Knabengeschrei, pour chœur a cappella et bande (1987), 19 minutes, Stockhausen Verlag
    • Litanei 97 pour chœur et chef (1997), 23 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Menschen Hört pour six voix (1997), Stockhausen Verlag
    • <élec> Orvonton pour baryton et électronique (2007), 24 minutes, Inédit [note de programme]
    • <élec> Paare vom Freitag avec soprano, basse, bande, électronique (1992-1999), 1 h 05 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Quelle des Lebens musique pour chœur avec scènes sonores, version d'Expecting - Heinzelmännchen - Birth-Arias, pour chœur a cappella et bande (1987), 38 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Stimmung pour six vocalistes (1968), Universal Edition
    • <élec> Stimmung version Paris, pour six vocalistes (1968), 1 h 15 mn, Universal Edition
    • <élec> Trauer mit Humor musique pour chœur avec scènes sonores, version de The Great Weeping, pour chœur a cappella et bande (1987), 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Urantia pour soprano et électronique (2007), 20 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Vortrag über Hu analyse musicale d'Inori, pour un chanteur (1974), 1 h 23 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Welt-Parlament pour chœur a cappella (1995), 40 minutes, Stockhausen Verlag
  • 2007
    • Balance pour clarinette basse, cor anglais et flûte, 30 minutes, Inédit
    • <élec> Cosmic pulses pour électronique, 32 minutes, Inédit
    • <élec> Edentia pour saxophone soprano et électronique, 19 minutes, Inédit
    • Erwachen pour violoncelle, trompette et saxophone soprano, 30 minutes, Inédit
    • Glanz pour sept instrumentistes, 40 minutes, Inédit
    • Glück pour basson, cor anglais, hautbois et synthétiseur, 30 minutes, Inédit
    • <élec> Havona pour basse et électronique, 24 minutes, Inédit
    • Hoffnung pour violoncelle, alto, violon et tam-tam, 35 minutes, Inédit
    • <élec> Jerusem pour ténor et électronique, 21 minutes, Inédit
    • <élec> Klang Die 24 Stunden des Tages, Stockhausen Verlag
    • <élec> Nebadon pour cor et électronique, 22 minutes, Inédit
    • <élec> Orvonton pour baryton et électronique, 24 minutes, Inédit [note de programme]
    • <élec> Paradis pour flûte et électronique, 18 minutes, Inédit
    • Treue Klang, 11. Stunde, pour clarinette basse, cor de basset et clarinette en mib, 30 minutes, Inédit
    • <élec> Urantia pour soprano et électronique, 20 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Uversa Klang, 16. Stunde, pour cor de basset et électronique, 23 minutes, Inédit
  • 2006
  • 2005
    • Freude pour deux harpes, 41 minutes, Stockhausen Verlag
    • Himmelfahrt pour orgue ou synthétiseur, soprano et ténor, 37 minutes, Stockhausen Verlag
    • Himmels-Tür pour un percussioniste et une petite fille, 28 minutes, Stockhausen Verlag
  • 2004
  • 2003
    • Amour pour saxophone, 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Licht Les sept jours de la semaine, pour voix solistes, instruments solistes, danseurs solistes, chœurs, orchestres, ballets et mimes, électronique et musique concrète, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mixtur 2003 pour cinq groupes instrumentaux, quatre générateurs d'ondes sinusoïdales, quatre mixeurs de son, quatre modulateurs en anneau et projection du son, 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Rechter Augenbrauentanz pour clarinettes, clarinette(s) basse, percussioniste, synthétiseur, 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Sonntag aus Licht opéra en cinq scènes et un adieu, pour dix voix solistes, une voix d'enfant, quatre instruments solistes, deux chœurs, deux orchestres, électronique et projection du son, 4 h 38 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Sonntags - Abschied musique électronique, pour cinq synthétiseurs, 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Vibra - Elufa pour vibraphone, 7 minutes, Stockhausen Verlag
  • 2002
    • <élec> Cuchulainn (Monday Scent) pour soprano et synthétiseur, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Düfte - Zeichen version pour flûte alto et cor de basset avec synthétiseur, 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Düfte - Ziechen pour sept voix, voix d'enfant, synthétiseur et projection du son, 57 minutes, Stockhausen Verlag
    • Europa - Gruss pour vents et synthétiseur ad libitum, 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • Himmels - Duft duo pour voix d'enfant et alto, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Hoch - Zeiten pour chœur et orchestre avec deux chefs et projection du son, 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Knaben - Duft solo pour alto avec synthétiseur et six vocalystes (live ou enregistrés), 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kyphi (Tuesday scent) pour ténor et basse avec synthétiseur, 5 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Licht-Bilder pour ténor, flûte, trompette, synthétiseur et électronique, 45 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mastix (Wednesday Scent) pour soprano, ténor, baryton avec synthétiseur, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Rosa Mystica (Thursday Scent) pour ténor avec synthétiseur, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Strahlen pour percussioniste et bande magnétique dix pistes, 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tate Yunanaka (Friday Scent) pour soprano et baryton avec synthétiseur, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ud (Saturday Scent) pour basse avec synthétiseur, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Weihrauch / Frankincense (Sunday Scent) pour soprano et ténor avec synthétiseur, 8 minutes, Stockhausen Verlag
  • 2001
    • Stop und Start pour six groupes d'instruments, 21 minutes, Stockhausen Verlag
  • 2000
    • <élec> 3 x Refrain 2000 pour piano, célesta, vibraphone et projecteur de son, 1 h 01 mn, Stockhausen Verlag
    • Engel - Prozessionen pour chœur a cappella, 40 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1999
    • <élec> Komet Klavierstück XVII, pour clavier électronique, électronique, musique concrète et projection du son, 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Komet version pour percussioniste, électronique et musique concrète et projection du son, 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Lichter - Wasser (Sonntags - Gruss) pour soprano, ténor et orchestre avec synthétiseur et projection du son, 51 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Paare vom Freitag avec soprano, basse, bande, électronique, 1 h 05 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Two couples musique électronique et concrète, 21 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1998
  • 1997
    • Bassetsu pour cor de basset, 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Bassetsu - Trio pour cor de basset, trompette et trombone et projection du son, 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • Litanei 97 pour chœur et chef, 23 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Menschen Hört pour six voix, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaelion (Presidency - Lucicamel - Operator) pour basse, chœur, deux danceurs, ensemble et électronique, 53 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mittwoch aus Licht opéra en une salutation, quatre scènes et un adieu pour neuf instrumentistes, un chœur avec chef chantant, orchestre, danseurs-mimes et électronique, 4 h 27 mn, Stockhausen Verlag
    • Rotary pour quintette à vent, 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • Thinki pour flûte, 4 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1996
    • <élec> Fagott de Orchester Finalisten, pour basson et électronique/projection du son, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Flöte de Orchester Finalisten, pour flûte et électronique / projection du son, 5 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Klarinette de Orchester Finalisten, pour clarinette et électronique / projection du son, 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kontrabass de Orchester Finalisten, pour contrebasse et électronique / projection du son, 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mittwochs-Abschied pour électronique et musique concrète, 44 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Oboe de Orchester Finalisten, pour hautbois et électronique / projection du son, 5 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Orchester-finalisten pour orchestre et électronique / projection du son, 45 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Posaune de Orchester Finalisten, pour trombone et électronique / projection du son, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Trompete de Orchester Finalisten, pour trompette et électronique / projection du son, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tuba de Orchester Finalisten, pour tuba et électronique / projection du son, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Viola de Orchester Finalisten, pour alto et électronique / projection du son, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Violine de Orchester Finalisten, pour violon et électronique / projection du son, 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Violoncello de Orchester Finalisten, pour violoncelle et électronique / projection du son, 3 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1995
    • <élec> Klavierstück XVI pour piano et bande, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Licht - Ruf pour trompette, cor de basset et trombones ou autres instruments, 1 h 50 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Trumpetent pour quatre trompettes et projection du son, 16 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Welt-Parlament pour chœur a cappella, 40 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1994
    • <élec> Antrag pour soprano, basse, flûte, cor de basset et électronique, 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Chor - Spirale pour chœur de douze chanteurs, 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Elektronische Musik mit Tonszenen vom Freitag aus Licht avec ensemble de douze sopranos et basses et instruments électroniques, 2 h 25 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Fall pour soprano, baryton, flûte, cor de basset et projection du son, 18 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freitag - Versuchung pour trois voix et deux instruments solistes, chœur et orchestre d'enfants, chœur de douze chanteurs, synthétiseur, douze couples de danseurs-mimes et projection du son, 2 h 25 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freitag aus Licht opéra en une salutation, deux actes et un adieu, pour trois voix, trois instruments solistes, orchestre, chœur d'enfants, chœur, synthétiseur, douze couples de danseurs-mimes et électronique, 4 h 50 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Chor pour par exemple vingt-quatre voix et basse dirigeant, synthétiseur et électonique / projectioniste de son, 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Krieg pour chœur d'enfant (si possible dirigeant), synthétiseur et électronique / projectioniste de son, 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Orchester pour par exemple seize instruments, soprano dirigeant, flûte, cor de basset, synthétiseur et électronique / projectioniste de son, 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinder - Tutti pour chœur et orchestre d'enfants, soprano dirigeant, basse, flûte, cor de basset, synthétiseur et projectioniste de son, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Reue pour soprano, flûte, cor de basset et électronique / projection du son, 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Weltraum Freitags - Gruss et Freitags - Abschied, 2 h 26 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Zustimmung pour soprano, basse, flûte, cor de basset, synthétiseur et électronique / projectioniste de son, 9 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1993
    • <élec> Helikopter-Streichquartett pour quatuor à cordes, quatre hélicoptères et quatre caméras vidéo, transmetteurs télé, micros et équipemement de transmission, 31 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1992
    • <élec> Signale zur Invasion pour trombone et électronique ad libitum, entre 19 minutes et 52 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1991
    • <élec> Dienstag aus Licht opéra en un salut, deux actes et un adieu, pour dix-sept acteurs musiciens (trois voix et dix instruments solistes, quatre danseurs mimes), acteurs, mimes, chœur, orchestre et bande, 2 h 36 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Dienstags - Abschied pour chœur, clavier électronique et dispositif électronique, 23 minutes, Stockhausen Verlag
    • Elufa pour flûte, cor de basset et électronique ad libitum, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freia pour flûte, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Freia pour cor de basset, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Invasion - Explosion mit Abschied pour soprano, ténor, basse, chœur, cuivres et synthétiseurs, 1 h 14 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Jahreslauf vom Dienstag pour ténor, basse, quatre danseurs-mimes, un acteur-chanteur, trois mimes, très belle femme, orchestre moderne de quatorze instruments, bande et projectioniste du son, 1 h 01 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Oktophonie musique électronique de Dienstag aus Licht, 1 h 09 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Pietà pour bugle, soprano et électronique (ou pour bugle et électronique), 28 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Synthi - Fou Klavierstück XV, pour clavier électronique et électronique, 23 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1990
    • <élec> Linker Augentanz pour soxophones, percussion et synthétiseur, 20 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Linker Backentanz pour trompettes, trombones, percussion et synthétiseur, Stockhausen Verlag
    • <élec> Nasenflügeltanz pour percussion et synthétiseur ou pour percussion solo, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • Rechter Augentanz pour hautbois, cors anglais, bassons, percussion, synthétiseurs, Stockhausen Verlag
    • Rechter Backentanz pour trompettes, trombones, percussion et synthétiseur, Stockhausen Verlag
  • 1989
    • Flautina solo pour flûte avec piccolo et flûte alto, 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinntanz version pour euphonium, percussion et synthétiseur, 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinntanz version pour euphonium, percussion, trombones alto, cors ténors et barytons et tubas, 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Quitt pour flûte alto, clarinette et trompette, 7 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Sukat pour cor de basset et flûte alto, 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ypsilon pour un instrument mélodique avec micro-tons, 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ypsilon version pour cor de basset, 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ypsilon version pour flûte, 9 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1988
    • <élec> Dienstags - Gruss Wilkommen mit Friedens - Gruss, pour soprano, neuf trompettes, neuf trombones, deux synthétiseurs, chœur, chef et chef assistant, 21 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Montag - Abschied (Evas Abschied) pour bande (avec flûte piccolo, voix de sopranos multiples et claviers électroniques), 28 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Montag aus Licht opéra en trois actes, un salut et un adieu pour 21 solistes (14 voix, 6 instrumentistes, 1 acteur), chœur, 21 actrices, chœur d'enfants, chœur de filles, orchestre moderne (3 synthétiseurs, percussioniste et bande), chef, projectioniste de son, 4 h 38 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Montags - Gruss (Eva - Gruss) pour plusieurs cors de basset et instruments électroniques (ou pour bande magnétique), 34 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Willkommen pour trompettes, trombones et deux synthétiseurs, 1 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Wochenkreis (die sieben Lieder der Tage) duo pour cor de basset et synthétiseur, 25 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1987
    • <élec> Das Grosse Geweine pour trois sopranos, basse, chœur (live ou sur bande), orchestre moderne et électronique, 10 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Erste - Geburts Arie pour trois sopranos, chœur (live ou sur bande), synthétiseur, bande et électronique, 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Erstgeburt pour trois sopranos, trois ténors, basse, acteur, chœur (live ou sur bande), vingt et une actrices, chœur d'enfants, orchestre moderne (trois synthétiseurs, percussion, bande) et électronique / projection du son, 1 h 33 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Zweitgeburt pour sept voix d'enfants, quatre cors de basset (dont trois instrumentistes femmes, dont un cor de basset vocal), piano, chœur (live ou sur bande), vingt et une actrices, chœur de filles, orchestre moderne, 1 h 06 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Geburts - Arien pour trois sopranos, trois ténors, chœur (live ou sur bande), synthétiseur et bande, 17 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Geburts - Fest musique pour chœur avec scènes sonores, version d'Evas Erstgeburt, 1 h 08 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> In Hoffnung mit Heinzelmännchen, pour trois sopranos, chœur (live ou sur bande), vingt et une actrices, orchestre moderne et électronique, 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kinderspiel musique pour chœur avec scènes sonores, version de Knabengeschrei, pour chœur a cappella et bande, 19 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Knabengeschrei pour trois sopranos, basse, acteur, chœur (live ou sur bande), chœur d'enfants, orchestre moderne et électronique, 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • Luzifers Zorn pour basse, acteur, synthétiseur et bande magnétique, 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • Mädchenprozession version a cappella, pour chœur de filles a cappella et piano, 19 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mädchenprozession Befruchtung mit Klavierstück - Wiedergeburt, pour chœur de jeunes filles, piano, chœur (live ou sur bande) et orchestre moderne, 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Quelle des Lebens musique pour chœur avec scènes sonores, version d'Expecting - Heinzelmännchen - Birth-Arias, pour chœur a cappella et bande, 38 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Trauer mit Humor musique pour chœur avec scènes sonores, version de The Great Weeping, pour chœur a cappella et bande, 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Zweite - Geburts Arie pour trois ténors, trois sopranos, chœur (live ou sur bande), synthétiseur, bande magnétique et électronique, 9 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1986
    • <élec> Der Kinderfänger pour flûte, deux synthétiseurs, percussion et bande, 32 minutes, Stockhausen Verlag
    • Der Kinderfänger pour flûte alto et piccolo, chœur d'enfant, orchestre moderne et cor de basset ad libitum, 30 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Die sieben Lieder der Tage pour voix, ou voix et instrument polyphonique ou pour instrument mélodique ou instrument mélodique et instrument polyphonique , 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Entführung solo pour flûte piccolo, 12 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Zauber pour cor de basset, flûte, chœur, chœur d'enfants et orchestre moderne, 57 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Xi pour un instrument mélodique avec micro-tons, entre 6 minutes et 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Xi version pour cor de basset, 9 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Xi version pour flûte alto ou flûte, 6 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1985
  • 1984
    • <élec> Evas Lied pour sept voix d'enfants, quatre cors de basset (dont trois cornistes femmes, dont un cor de basset vocal), orchestre moderne et chœur de femmes ad libitum, 44 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Evas Spiegel pour cor de basset, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaels Reise version soliste pour trompette avec neuf co-interprètes, 48 minutes, Stockhausen Verlag
    • Samstags - Gruss (Luzifers - Gruss) pour vingt-six cuivres et deux percussionistes, 8 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Susani pour cor de basset, 7 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1983
    • <élec> Kathinkas Gesang als Luzifers Requiem pour flûte et six percussionistes ou pour flûte solo, 33 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Kathinkas Gesang als Luzifers Requiem version pour flûte et piano multiple, 33 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Klavierstück XII pour piano solo, 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Linker Augenbrauentanz pour flûte, cor de basset, percussion et synthétiseur, Stockhausen Verlag
    • <élec> Luzifers Tanz pour basse (ou trombone ou euphonium), trompette piccolo, flûte piccolo, orchestre de vents ou orchestre symphonique, danseurs sur échasses, danseur, ballet ou mimes, 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Oberlippentanz pour trompette piccolo, 13 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Oberlippentanz (protest) pour trompette piccolo, trombone ou euphonium, quatre ou huit cors et deux percussionnistes, 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • Samstag aus Licht opéra en un salut et quatre scènes pour treize solistes (une voix, dix instrumentistes, deux danseurs), orchestre de vents, ballet ou mimes, chœur d'hommes avec orgue, 3 h 05 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tierkreis trio-version, pour clarinette, flûte et piccolo, trompette et piano, 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Zungenspitzentanz pour flûte piccolo, danseur ad libitum, deux euphoniums ou synthétiseur, percussioniste ad libitum, ou pour piccolo solo, 9 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1982
    • <élec> Luzifers - Abschied pour chœur d'hommes, orgue et sept trombones (live ou sur bande), 58 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1981
  • 1980
    • <élec> Argument pour ténor, basse, orgue électrique ou synthétiseur et trompette, trombone et percussion ad libitum, 11 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Bijou pour flûte alto, clarinette basse et bande, 15 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Donnerstag aus Licht opéra en trois actes pour quatorze solistes (troix voix, huit instrumentistes, trois danseurs), chœur, orchestre et bandes, 4 h, Stockhausen Verlag
    • Donnerstags-Abschied (Michaels-Abschied) pour cinq trompettes (ou une trompette sur bande magnétique quatre pistes), entre 11 minutes et 30 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Drachenkampf pour trompette, trombone, orgue électrique ou synthétiseur, deux danseurs ad libitum et un percussioniste ad libitum, 13 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Festival pour ténor, soprano, basse, trompette, cor de basset, trombone, deux saxophones soprano, trois danseurs-mimes, vieille femme, chœur et orchestre, bande magnétique avec chœur enregistré, 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • Knabenduett pour deux saxophones soprano ou deux autres instruments, 4 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaels Heimkehr pour ténor, soprano, basse, trompette, cor de basset, trombone, deux saxophones soprano, orgue électrique ou synthétiseur, trois danseurs-mimes, vieille femme, chœur, orchestre et bandes, 1 h 18 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Tanze Luzefa ! pour cor de basset et clarinette basse, 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Vision pour ténor, trompette, danseur, orgue hammond, bande magnétique et jeux d'ombres ad libitum, 28 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1979
    • <élec> Examen pour ténor, trompette, danseur, piano, cor de basset et « jury » ad libitum : soprano, basse, deux danseurs-mimes et deux bandes , 22 minutes, Stockhausen Verlag
    • Kindheit pour ténor, soprano, basse, trompette, cor de basset, trombone, danseur et bandes magnétiques, 29 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Michaels Jugend pour soprano, ténor, basse, trompette, cor de basset, trombone, piano, orgue électrique, trois danseurs-mimes et bande magnétique (avec chœur et instruments), 1 h 04 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mondeva pour ténor et cor de basset et ad libitum : soprano, basse, trombone, mime, orgue électrique ou synthétiseur et deux bandes magnétiques, 13 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Unsichtbare Chöre pour chœur enregistré (bande 16 cannaux, 8 ou 2 pistes), 50 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1978
  • 1977
    • <élec> Aries pour trompette et électronique, 15 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Atmen gibt das Leben opéra pour chœur avec orchestre ou bande magnétique, 53 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Capricorn pour basse et électronique, 27 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Der Jahreslauf version concert, pour orchestre moderne, bande et projection du son, 46 minutes, Stockhausen Verlag
    • In Freundschaft pour clarinette, 15 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Inori adoration pour un ou deux solistes (danseurs-mimes) et orchestre de chambre, 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Jubiläum pour orchestre, Stockhausen Verlag
    • <élec> Libra pour clarinette basse et électronique, 33 minutes, Stockhausen Verlag
    • Piccolo pour flûte piccolo, 3 minutes, Stockhausen Verlag
    • Saxophone pour saxophone soprano et bongo ou pour saxophone soprano solo, 6 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Sirius pour soprano, basse, clarinette basse, trompette et électronique, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • Tierkreis pour orchestre de chambre, 24 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1976
    • Amour cinq pièces pour clarinette, 26 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1975
    • Der Kleine Harlekin pour clarinette, 9 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • Harlekin pour clarinette, 45 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Musik im Bauch pour six percussionistes et boîtes à musique, 38 minutes, Stockhausen Verlag
    • Tierkreis douze mélodies des constellations, pour un instrument mélodique ou harmonique, 26 minutes, Stockhausen Verlag
    • Tierkreis pour voix et instrument harmonique, 26 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1974
    • <élec> Herbstmusik musique de théâtre pour quatre instrumentistes, 50 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Inori pour un ou deux danseurs-mimes et bande magnétique, 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Inori adoration pour un ou deux solistes et grand orchestre, 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Laub und Regen pour clarinette et alto, 11 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Vortrag über Hu analyse musicale d'Inori, pour un chanteur, 1 h 23 mn, Stockhausen Verlag
  • 1972
    • <élec> Alphabet pour Liège treize scènes musicales pour solistes et duos, Inédit
    • <élec> Am Himmel Wande ich chanson indo-américaine pour deux voix, 51 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Ylem pour dix-neuf instrumentistes/chanteurs, 26 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1971
    • Sternklang musique pour parc, pour cinq groupes (vingt-et-un chanteurs et instrumentistes), 2 h 30 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Trans pour orchestre et bande magnétique, 27 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1970
    • Expo pour trois instrumentistes-chanteurs, avec trois récepteurs d'ondes courtes, 1 h 10 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Für Kommende Zeiten dix-sept textes pour musique intuitive, Stockhausen Verlag
    • <élec> Mantra pour deux pianistes, entre 1 h 05 mn et 1 h 12 mn, Stockhausen Verlag [note de programme]
    • <élec> Pole pour deux instrumentistes-chanteurs avec deux récepteurs d'ondes courtes, 1 h 05 mn, Stockhausen Verlag
  • 1969
    • Dr K-Sextett pour flûte, violoncelle, cloches tubulaires et vibraphone, clarinette basse, alto et piano, 3 minutes, Universal Edition
    • Fresco pour quatre groupes orchestraux, Universal Edition
    • <élec> Hymnen (Dritte Region) musique électronique avec orchestre, 42 minutes, Stockhausen Verlag
    • Stop version Paris, pour dix-huit instrumentistes en six groupes, 20 minutes, Universal Edition
  • 1968
    • Aus den sieben Tagen quinze textes composés pour musique intuitive, Universal Edition
    • Kurzwellen pour six instrumentistes et récepteur d'ondes courtes, entre 50 minutes et 1 h 05 mn, Universal Edition
    • <élec> Spiral pour un instrument et ondes courtes, 2 h 15 mn, Universal Edition
    • <élec> Stimmung pour six vocalistes, Universal Edition
    • <élec> Stimmung version Paris, pour six vocalistes, 1 h 15 mn, Universal Edition
  • 1967
    • <élec> Hymnen musique électronique et concrète, 1 h 54 mn, Stockhausen Verlag
    • <élec> Hymnen musique électronique et concrète, version avec quatre solistes, 26 minutes, partition retirée du catalogue
    • <élec> Mixtur version pour petit orchestre, quatre générateurs d'ondes et quatre modulateurs en anneaux, 28 minutes, Universal Edition
    • <élec> Prozession pour tam-tam, alto, électronium, piano, microphone et filtre (six interprètes), 32 minutes, Universal Edition
  • 1966
    • Adieu für Wolfgang Sebastian Meyer, pour quintette à vent, 16 minutes, Universal Edition
    • <élec> Solo pour un instrument mélodique avec réinjection, entre 10 minutes et 20 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • <élec> Telemusik musique électronique, 16 minutes, Universal Edition
  • 1965
    • <élec> Mikrophonie II pour douze chanteurs, orgue Hammond, quatre modulateur en anneaux et bande magnétique, 15 minutes, Universal Edition
    • <élec> Stop pour orchestre, 17 minutes, Universal Edition
  • 1964
    • <élec> Mikrophonie I pour tam-tam, deux micros et deux filtres à potentiomètres, 22 minutes, Universal Edition
    • <élec> Mixtur pour orchestre, quatre générateurs d'ondes et quatre modulateurs en anneaux, 27 minutes, Universal Edition
  • 1963
  • 1962
    • Momente pour soprano solo, quatre chœurs et treize instrumentistes, 13 minutes, Stockhausen Verlag
    • Punkte pour orchestre, 27 minutes, Universal Edition [note de programme]
  • 1961
  • 1960
    • Carré pour quatre orchestres et quatre chœurs (et quatre chefs), 36 minutes, Universal Edition
    • <élec> Kontakte pour sons électroniques, 35 minutes, Stockhausen Verlag
    • <élec> Kontakte pour piano, percussion et bande, 35 minutes, Stockhausen Verlag [note de programme]
  • 1959
  • 1957
    • Gruppen pour trois orchestres, 24 minutes, Universal Edition
  • 1956
  • 1955
  • 1954
  • 1953
  • 1952
    • Schlagtrio pour piano et deux timbaliers, entre 12 minutes et 24 minutes, Universal Edition
    • Spiel pour orchestre, 16 minutes, Universal Edition
    • <élec> Étude musique concrète, 3 minutes, Stockhausen Verlag
  • 1951
    • Formel pour orchestre, 13 minutes, Universal Edition
    • Frühe Noten recueil pour chœur, Universal Edition
    • Kreuzspiel pour hautbois, clarinette basse, piano et trois percussionnistes, 12 minutes, Universal Edition [note de programme]
    • Sonatine pour violon et piano, 11 minutes, Universal Edition
  • 1950
    • Choral pour chœur a cappella, 4 minutes, Universal Edition
    • Chöre für Doris pour chœur mixte a cappella, 9 minutes, Universal Edition
    • Drei Lieder pour voix d'alto et orchestre de chambre, 19 minutes, Universal Edition

Documents

Liens Internet

Bibliographie sélective

  • Jonathan COTT, Conversations avec Stockhausen, Paris, J.Cl. Lattès, 1979.
  • Rudolf FRISIUS, Stockhausen, Einführung in das Gesamtwerk, Gespräche, Mainz, Schott, 1996.
  • Robin MACONIE (textes réunis par), Stockhausen on music, Lecture et interviews, London, Marion Boyards, 1989.
  • Michel RIGONI, Stockhausen : un vaisseau lancé vers le ciel, Lillebonne, éd. Millénaire III, 1998.
  • Karlheinz STOCKHAUSEN, Texte vol.1, 2, 3, Cologne, DuMont Schauberg, 1963, 1964, 1971; Texte vol. 4, 5, 6, Cologne, DuMont, 1978, 1989, 1989; (tous ces textes sont réédités à Kürten, aux éditions Stockhausen) ; Texte vol. 7, 8, 9, 10, Kürten, éd. Stockhausen, 1998.
  • « Karlheinz Stockhausen », dans Contrechamps n° 9, Lausanne, L’Age d’Homme, 1988.
  • « Le Klavierstück XI de Stockhausen : pluralité et organisation », Cahiers du CIREM n° 18-19, 1991.
  • Perspectives of Music : vol.36, n°1 et 2, 1998, vol.3 n° 1, 1999.
  • Programme du Festival d’Automne 1988, éd. Contrechamps/Festival d’Automne.
  • « Stockhausen et la musique minimale », revue Dissonance n° 41, Zurich, août 1994.

Discographie

Édition Stockhausen Verlag
Autres éditions
  • Karlheinz STOCKHAUSEN, Kontakte, Refrain, Zyklus, Koch schwann, Musica Mundi, 310 020 HI.
  • Karlheinz STOCKHAUSEN, Les Klavierstücke 1 - 11, Microphonie 1 et 2, Sony, S2K 53346.
  • Karlheinz STOCKHAUSEN, Mantra, New Albion Records, NA 025.