mise à jour le 28 septembre 2011

Kasper T. Toeplitz

Compositeur et bassiste français d'origine polonaise né le 29 avril 1960 à Varsovie.

Au delà des frontières des musiques contemporaines ou non académiques, Kasper T. Toeplitz compose et interprète une musique électronique qui se construit sur le bruit – noise music.

Au début de son parcours atypique, il joue de la basse électrique dans un répertoire classique de l'instrument (rock-punk) et par ailleurs compose des pièces contemporaines ancrées dans le vingtième siècle. Ses références sont alors Scelsi, Ligeti, Penderecki puis Nono, Stockhausen et Xenakis.

Ses premières œuvres sont instrumentales et vocales, un opéra, J’irai vers le nord, j’irai vers la nuit polaire (lauréat du concours Opéra Autrement/Acanthes au Festival d'Avignon 1989), une symphonie, Lhow (1990, Premier prix du Concours international de composition pour orchestre de Besançon).

De nombreux prix suivent : la Bourse Léonard de Vinci en 1992 qui le mène à San Francisco et le prix Villa Médicis hors les murs à New York en 1993. Il reçoit plusieurs commandes d'État, notamment pour Ephémérides, NoiseVille et Siyahi (1995 et 1996), bénéficie d'une bourse d'écriture à l'Opéra de Montpellier (1996-1997) et d'une bourse de la Villa Kujoyama pour résider six mois au Japon.

Vient alors une césure radicale dans son parcours, où, fatigué de l'écriture contemporaine classique, il prépare son entrée dans le vingt-et-unième siècle en traçant une voie compositionnelle basée sur l'organisation, « l'intonation » du bruit (pitched noise). De plus en plus, à partir de 1998, il introduit l'électronique dans son travail. Il expérimente dans les studios de recherches d'institutions telles que le GMEM, le GRM, l'Ircam, Art Zoyd.

Il crée Sleaze Art, orchestre de guitares et basses électriques, où l'ordinateur va prendre peu à peu une place prépondérante aussi bien lors du travail de composition que comme véritable instrument live.

Avec son instrument, la basse, transformée en BassComputer, prototype de basse électronique pour le jeu avec transformation en temps réel, il crée de nombreuses pièces solistes parmi lesquelles Demonology #11, Lärmesmitte (2006).

En 2007, il fonde l'ensemble d'ordinateurs KERNEL, moteur nécessaire pour interpréter ses longues structures sonores, qui se consacre au problème de l'écriture et de l'interprétation d'une musique d'ensemble pour ordinateurs.

Il collabore avec des artistes inclassables, les musiciens Eliane Radigue, Zbigniew Karkowski (duo Le Dépeupleur), Dror Feiler, Tetsuo Furudate, Phil Niblock, des chorégraphes – Jonathan Schatz (Trans-Niagara (2010), Myriam Gourfink, avec qui il monte de nombreux projets – (Capture (2002), Inoculate? (2011), Bestiole (2012) –, des vidéastes, des photographes (Strom Varx pour Ephémérides nocturnes en 2010).


© Ircam-Centre Pompidou, 2011

Sources

Sleaze Art, Kasper T. Toeplitz ;
Krzysztof Sadza, Kasper T. Toeplitz, entretien.

  • Effectif non spécifié
  • Musique électronique / sur support / instruments mécaniques
    • <élec> Bestiole musique pour une chorégraphie de Myriam Gourfink (2011-2012) [note de programme]
    • <élec> Capture pour trois danseuses et video temps réel (2002)
    • <élec> Champ de larmes pièce multimédia Art Zoyd en collaboration avec Gérard Hourbette pour la musique et Dominik Barbier (images) (2005)
    • <élec> Choisir le moment de la morsure pour électronique (2010)
    • <élec> Eclipse continue pour électronique live (2010)
    • <élec> Ephémérides nocturnes pour électronique (2010)
    • <élec> Flying Dutchman musique électronique pour la vidéo de Michael Sellam (2009)
    • <élec> Forgotten musique pour une pièce de Natacha Kantor avec chorégraphie de Daniela Alvarez (2005)
    • <élec> I'll be your eyes, you'll be mine musique pour un film de Keija Kramer (2006)
    • <élec> It can begin again (2005)
    • <élec> KERNEL#2 pour ordinateurs et électronique live (2003-2007), 40 minutes, partition téléchargeable sur le site du compositeur
    • <élec> K_apture installation pour ordinateur solo (2005)
    • <élec> Kill the King (2005)
    • <élec> L.P. (1998)
    • <élec> Le chant d'Enoch pour theremin, theremin pré-enregistré et sons électroniques (2005)
    • <élec> Marine pour ordinateur (2001)
    • <élec> Neon green collaboration avec Tetsuo Furudate, avec voix et vidéo (2005)
    • <élec> One deer nine dogs pièce scénique, pour électronique live (2003-2004)
    • <élec> PURR #1 pour électronique ()
    • <élec> TIMH pour électronique (2006), 45 minutes
    • <élec> The DEEP pour KERNEL, ensemble de musique électronique live (2008), 59 minutes 30 s., partition téléchargeable sur le site du compositeur
    • <élec ircam> This is my house musique pour le spectacle chorégraphique de Myriam Gourfink (2005), 1 h 15 mn
    • <élec> Topographie des Terror collaboration avec Laurent Dailleau pour deux ordinateurs solos (2005)
    • <élec> Trans_Niagara pour électronique live (2010), 30 minutes environ
    • <élec> Une lente mastication musique pour une chorégraphie de Myriam Gourfink (2012)
    • <élec> …de blancheur… (1998)
  • Musique soliste (sauf voix)
  • Musique de chambre
  • Musique instrumentale d'ensemble
    • Archives Ladri e Re, pour ensemble (1992), 5 minutes, Ricordi
    • <élec> Battling Siki opéra pour cordes, instruments électroniques, theremin, percussions, ordinateurs (2003)
    • <élec> Biel pour orchestre et samplers (2000), 20 minutes
    • Blindness & Insight pour guitares et basses en grand nombre (1997)
    • Deixis pour onze guitares électriques (1991), 12 minutes
    • <élec> Eau blanche pour plusieurs tams, saxophones, clarinettes, thérémins, basses et sons électroniques ()
    • Ephémérides pour neuf instruments (1995)
    • Full Fathom pour trois guitares et quatre basses (1996)
    • Kaga Bay pour quatre guitares et trois basses (1996)
    • <élec> LFO pour orchestre d'instruments graves (2010)
    • Les Jungles Apocryphes pour quatre guitares et trois basses (1996)
    • Lhow pour orchestre (1990), 15 minutes, Ricordi
    • <élec> MSG #9 pour ensemble à cordes et électronique live (2003)
    • Mouhr pour six guitares électriques et sept guitares basses (1991), 15 minutes
    • Nature morte pour orchestre à cordes, percussion et basse électrique (1988), 30 minutes
    • <élec> Not a boxing Opera pièce scénique, pour ensemble et électronique live (2003-2004)
    • Sift pour grand orchestre d'amateurs (2002)
    • Siyahi pour orchestre (1996), 20 minutes, Ricordi
    • Stances d’orchestre pour orchestre (1996-1997), 15 minutes
    • You are not I pièce scénique, pour ensemble (2003-2004)
    • <élec> Zora Mudd sculpture sonore pour 27 guitares et basses électriques (1995), 3 h 39 mn
    • hron pour orchestre (2000), 20 minutes
  • Musique concertante
    • <élec> APPAR/Vague de pas pour petit orchestre, clavier électronique et percussion solo (2000)
    • <élec> Appars pour petit orchestre, sampler et grosse caisse (2002)
    • Gel pour ensemble d'harmonie et quatre vents solistes (2003)
  • Musique vocale et instrument(s)
  • Musique vocale a cappella

Site Internet

Discographie

  • Kasper T. TOEPLITZ, Strom WARX (photographies), Ephémérides nocturnes, Audial photographie experiment, 1 dvd Zora Recordings/Metamkine, 2011, Zora 02.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Territoire Fracas, dans « Archipel électronique vol. 1 », avec des œuvres de Franck Vigroux, Jérôme Montagne, Erikm, Christophe Ruetsch, Annabelle Playe, Samuel Sighicelli, Bérangére Maximin et Sébastien Roux,1 cd D'autres cordes records, 2011.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Eau Blanche, dans « Pure noise », Kasper T. Toeplitz : basse, avec des œuvres de Droer Feiler et Ulrich Kreiger, 1 cd Art Zoyd Studio, 2010, AZ-2010.
  • Kasper T. TOEPLITZ, KERNEL#2, second version, Eryck Abecassis, Kasper T. Toeplitz et Wilfried Wendling : électronique live, 1 cd Rosa, 06.
  • KERNEL (Eryck Abecassis, Kasper T. Toeplitz et Wilfried Wendling), KERNEL D.R, comprenant Dust reconstruction et Drowning report, 1 cd Rosa, 05.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Royaumes Inconnus, dans « Crunchy Crunch (Fractal Music #4) », compilation de Joël Hubaut, 1cd, enregistrement Station MIR. 
  • Kasper T. TOEPLITZ, KERNEL The Deep, Eryck Abecassis, Kasper T. Toeplitz, Wilfried Wendling : ordinateurs, 1 cd ZORA-R01.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Froz#3, dans « Saxophone Extrême », Serge Bertocchi : saxophone (tubax), avec des œuvres de Giacinto Scelsi, Marc Monnet, Aurèle Stroe, Marie-Hélène Fournier, J.S Bach, 
  • Kasper T. TOEPLITZ, Froz#4, dans « La chute de la maison Usher », musique pour le film de Jean Epstein par ART Zoyd, 1 cd in-possible records.
  • Kasper T. TOEPLITZ, KERNEL#2, Eryck Abecassis, Kasper T. Toeplitz et Wilfried Wendling : électronique live, 1 cd Rosa, 04.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Le Chant d'Enoch, dans « Les instruments du Musée de la musique », partie du projet d'ART Zoyd : Armageddon, Laurent Dailleau : thérémin (avec nombreux thérémins pré-enregistrés), 1 cd Cité de la musique, 2006.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Mean Density 11.8, dans « CrO2: a tribute to analog », 1 cd walnutlocust, 2006, WL005.
  • Kasper T. TOEPLITZ, ART ZOYD, Le champ de Larmes, avec aussi musique de Gerard Hourbette, 1 cd in-possible records.
  • Zbigniew KARKOWSKI, Kasper T. TOEPLITZ : Le dépeupleur, Disambiguation, 1 cd auf abwegen AATP15.
  • Zbigniew KARKOWSKI, Kasper T. TOEPLITZ : Le dépeupleur, ZKT, 1 cd Rosa, 03.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Capture, Carole Garriga, Myriam Gourfink, Cindy Van Acker : danseurs musiciens, Kasper T. Toeplitz : ordinateurs, 1 cd Rosa, 02.
  • Laurent DAILLEAU, Kasper T. TOEPLITZ, Topographie des Terror, 1 cd Tiramizu, 2004.
  • Kasper T. TOEPLITZ, MSG #9, dans « Warsaw Autumn 2003, 46th International Festival of Contemporary Music », cd n° 7, 2005.
  • Zbigniew KARKOWSKI, Kasper T. TOEPLITZ : Le dépeupleur, dans 1 cd compilation Erratum 4.
  • Kasper T. TOEPLITZ, PURR#2, dans « 33 RPM - Ten hours of sound from France », 1 cd.
  • Zbigniew KARKOWSKI, Kasper T. TOEPLITZ : Le dépeupleur, 1 cd CrossFadeEnterTainement (CFET), PP008.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Appars, dans : Art Zoyd « Metropolis », AZ 2003.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Biel, dans « Expériences de Vol », 1 cd SubRosa SR192.
  • François BON, Kasper T. TOEPLITZ, Horizon noir, sur des textes de Charles Baudelaire.
  • Zbigniew KARKOWSKI, Kasper T. TOEPLITZ : Le dépeupleur, dans « Or some Computer Music », avec des plages d'Aphex Twin, Beautyon, cd-stopper, Genaral Magic, Kevin Drumm, Stephen Travis Pope, Trevor Wishart, Ubik, 1 cd.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Fissure, avec Isabel Soccoja : soprano, 1 cd.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Stihll, « Point de lune et autres créations », avec des pièces de Blanc, Carlosema, Petit, Rolin et Rossé, 1 cd ADDIM 70.
  • Kasper T. TOEPLITZ, Memory-Cendres, dans « Présences '92 », Ensemble Accroche Note, avec des œuvres de Frédéric Durieux, Franck Krawczyck, Gérard Pesson, Simon Holt, Stéphane Bortoli, Nicolas Bacri, Marco Stroppa, Michaël Jarrell, Joao Rafael, Ernst Bechert, 1 cd Adès - MFA - Radio France, Adès 202282.
  • Kasper T. TOEPLITZ, SLEAZE ART, Paysage Foudroyé ; Orgone  dans « Dithyrambe », avec des pièces de Shubb-Nigurath et Jean-Luc Hervé, 1 LP Musea.

Bibliographie

  • Kasper T. TOEPLITZ, divers articles dans Revue & Corrigée ; surface écrite des pratiques sonores expérimentales (Albert Durand : directeur de publication),  n° 88, 2011, n° 87, 2011 (« Cinq compositions avec basse obligée »), n° 85, 2010.
  • Kasper T. TOEPLITZ, « L'ordinateur comme instrument de concert – aussi une question d'écriture ? », Journées d'informatique musicale, 9e édition, Marseille, 29-31 mai 2002, article téléchargeable sur le site du compositeur (lien vérifié en septembre 2011).
  • Kasper T. TOEPLITZ, Fred VOISIN, Didier ASCHOUR, entretien sur l'ordinateur dans la musique, notamment l'usage de MaxMSP, dans Revue & Corrigée, article téléchargeable sur le site du compositeur (lien vérifié en septembre 2011).
  • Kasper T. TOEPLITZ, Vincent DELVAUX, « Kasper T. Toeplitz, un magicien micro-tonal », entretien dans le magazine Patch, décembre 2008, article téléchargeable sur le site du compositeur (lien vérifié en septembre 2011).
  • Kasper T. TOEPLITZ, Julien BÉCOURT, entretien pour l’article « Guitar heroes » dans la revue Mouvement, n° 49, octobre-décembre 2008, article téléchargeable sur le site du compositeur (lien vérifié en septembre 2011).
  • Kasper T. TOEPLITZ, Krzysztof SADZA, entretien pour une page web polonaise traduite en anglais sur le site du compositeur (lien vérifié en septembre 2011).
  • Kasper T. TOEPLITZ, Roald BAUDOUX, entretien réalisé lors de la création de Kernel, au festival du GMEM, à Marseille, Les Cahiers de l’ACME n° 214, septembre 2003, article téléchargeable sur le site du compositeur (lien vérifié en septembre 2011).