mise à jour le 22 February 2019
© Stefan Prins

Stefan Prins

Compositeur belge né le 20 mai 1979 à Courtrai, Belgique.

Stefan Prins étudie la composition et le piano au Conservatoire Royal d’Anvers où il obtient son master de composition en 2009. En même temps, il étudie la technologie de la musique, la philosophie de la technologie ainsi que la sonologie au Conservatoire Royal de Bruxelles, à l'Université d'Anvers et au Conservatoire Royal de la Hague. En 2017, il obtient son doctorat en composition à l’Université de Harvard sous la direction de Chaya Czernowin.

Il participe à plusieurs master-classes, notamment avec Georges Aperghis, Richard Barrett, Chaya Czernowin, Karlheinz Essl, Beat Furrer, Enno Poppe, Steven Tagasuki, et Vladimir Tarnopolski.

Il est co-directeur artistique de l’ensemble belge de musique contemporaine Nadar Ensemble avec Pieter Matthynssens.

En tant qu’improvisateur, il participe au collectif de musique improvisée reFLEXible, dont il est l’un des fondateurs, et dont les performances musicales font souvent appel à de la vidéo, de la danse ou des installations. Il est également membre du groupe Ministry of Bad Decisions (avec Yaron Deutsch à la guitare électrique et Brian Archinal aux percussions).

Aussi bien dans ses activités de compositeur que d’improvisateur (électronique live), Stefan Prins s’intéressent aux relations de l’être humain avec la technologie. Il s’interroge notamment sur la façon qu’à cette dernière d’influencer la condition humaine dans la société d’aujourd’hui avec l’importance croissante des médias sociaux, des webcams, des vidéos de surveillance, des jeux vidéo, des smartphones, et en particulier sur la ligne qui sépare réalité et virtualité (Generation Kill, 2012).

Ses compostions ont été jouées dans de nombreux festivals tels que Donaueschinger Musiktage, Wittener Tage für Neue Kammermusik, Darmstadt Ferienkurse, Forum Neuer Musik Deutschlandfunk, Eclat Stuttgart, Ultima Festival Oslo, Festival Musica Strasbourg, Wien Modern, Ars Musica, Novembermusic, Transit Festival, Time Canvas, Musica Electronica Nova, Luzerne Festival, Tzlil Meudcan Festival, Impuls Festival, Huddersfield Contemporary Music Festival, Musica Viva Festival.

Stefan Prins a reçu plusieurs prix dont le KBC Aquarius Composition Award for Young Composers (Bruxelles, 2001), le Week of the Contemporary Music (Gand, 2006, 2nd Prix), le Staubach Honorarium (2009, Darmstadt), l’International Impuls Composition Award (Graz, 2009) et le Kranichsteiner Musikpreis for composition (Darmstadt, 2010). En 2012, il est élu Musicien belge de l’année par l’Union des journalistes belges de musique, en 2014, il reçoit le ISCM Young Composers Award et il est lauréat de l’Académie Royale de Belgique des Sciences et des Arts (catégorie Arts). En 2016, il reçoit le Kunstpreis Berlin für Musik.

Plusieurs de ses œuvres ont été gravées sur les labels Wergo, Neos et Sub Rosa.


© Ircam-Centre Pompidou, 2017

Sources

Site personnel du compositeur

  • Musique électronique / sur support / instruments mécaniques
  • Musique soliste (sauf voix)
    • Ensuite pour violoncelle (2008, 2010), 10 mn 30 s
    • élec FITTINGinSIDE pour trombone et installation audiovisuelle (2007), 19 mn
    • élec scénique Memory Space #3 pour trompette et électronique live (2006), 12 mn
    • élec Not I pour guitare électrique et électronique live (2007), between 20 mn and 24 mn
    • élec Piano Hero #1 pour clavier midi, électronique et vidéo (2011-2012), 08 mn
    • élec Piano Hero #2 pour piano/clavier midi, électronique live et vidéo (2011, 2013-2016), 15 mn
    • élec Piano Hero #3 pour piano et électronique (2016), 22 mn
    • élec Piano Hero #4 pour clavier midi, électronique et vidéo (2016-2017), 13 mn
    • Étude intérieure #1 pour piano (2004), 11 mn
  • Musique de chambre
    • Erosie (Memory Space #1) pour alto et bayan (2005), 16 mn
    • élec Flesh+Prosthesis #0-2 pour quatuor amplifié et bande (2013-2014), 16 mn
    • élec Fremdkörper #1 pour flûte piccolo amplifiée, guitare électrique, percussion, violoncelle, bande 4 pistes et électronique live (2008), 12 mn
    • élec Fremdkörper #2 pour saxophone soprano, guitare électrique, percussion, piano et électronique live (2010), 11 mn
    • élec Generation Kill pour percussion, guitare électrique, violon, violoncelle, quatre musiciens avec manettes de jeux, électronique live et vidéo (2012), 25 mn
    • élec Generation Kill - offspring 1 pour percussion, violoncelle, deux musiciens avec manette de jeux, électronique live et vidéo live (2012), 22 mn
    • élec Hände ohne Orte pour clarinette, percussion, piano, violoncelle et bande (2016-2017), 13 mn
    • In memoriam Luciano Berio pour piano et basson (2003), 03 mn
    • élec Infiltrationen (Memory Space #4) pour quatre guitares électriques et électronique live (2009), between 20 mn and 25 mn
    • élec Infiltrationen 3.0 pour quatuor à cordes, deux pédales FX et électronique live (2016), between 20 mn and 24 mn
    • élec Mirror Box (Flesh+Prosthesis #3) pour saxophone amplifié, percussion, piano et électronique (2014), 24 mn
    • élec Mirror Box Extensions pour ensemble, électronique et vidéo (2014-2015), 35 mn
    • No habra una sola cosa que no sea una nube pour six instruments (2003), 14 mn
    • élec PARK pour quatre guitares électriques, performers et électronique live (2012), 50 mn
    • élec Ventriloquium pour violoncelle amplifié, guitare électrique, percussion, deux improvisateurs et électronique live (2006), 14 mn
    • inDEPENDENCE pour quatuor à cordes (2004), 12 mn
  • Musique instrumentale d'ensemble
    • élec I'm your body pour quatuor amplifié, ensemble et bande 4 pistes (2013-2014), 13 mn
    • Körper pour orchestre de chambre (2009), 06 mn
    • élec Plug'n Play pour laptop et ensemble de cuivres (2010), 10 mn

Bibliographie

  • Tomasz BIERNACKI, « Alien bodies. Stefan Prins’ aesthetics of music », dans Dissonance, n° 125, 2013, p. 34-39. Article en ligne : https://www.dissonance.ch/upload/pdf/125_34_hb_bie_prins.pdf
  • Stefan PRINS, « Über das Multidimensionale », dans MusikTexte, Heft 145, mai 2015, p. 66-67.
  • Stefan PRINS, « Theater van het hybride lichaam. Bewegen in onze augmented reality », dans Kunsttijdschrift Vlaanderen, nr. 353, avril 2015.

Discographie

  • Stefan PRINS, Mirror Box (Flesh+Prosthesis #3), Trio Accanto, dans « Funanbules » avec des œuvres de Georges Apeghis, Rolf Riehm, Johannes Schöllhorn, 1 cd Wergo, 2017, WER73582.
  • Stefan PRINS, Mirror Box Extensions, Nadar Ensemble, dans « Donaueschinger Musiktage 2015 » avec des œuvres de Georg Friedrich Haas, Mark Andre, Francesco Filidei, ... et al., 2 cd Neos, 2016, 11611-12.
  • Stefan PRINS, Fremdkörper #1, Nadar Ensemble, « Darmstadt Aural Document - Box 3 » avec des œuvres de Hanns Jelinek, Herbert Brün, Franco Evangelisti, ... et al., 7 cd Neos, 2016, 11230.
  • Stefan PRINS, Generation  Kill, Nadar Ensemble, dans « Donaueschinger Musiktage 2012 », avec des œuvres de Malin Bång, Franck Bedrossian, Beat Furrer, ... et al., 3 cd Neos, 2013, 11303-05.
  • Stefan PRINS, Fremdkörper #1, Erosie, Infiltrationen, Ensuite, Ventriloquium, Fremdkörper #3, Étude intérieure, Fremdkörper #2, Not I, This is it!, dans « Fremdkörper », 2 cd Sub Rosa, 2012, SR339.

Liens internet

(liens vérifiés en septembre 2017)