Frédéric Durieux (1959)

Here, not There - A Tribute to Barnett Newman (2004-2007)

Quatuor I avec électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 2004 - 2007
      Dates de révision : 2008 - 2009
    • Durée : 14 mn
    • Éditeur : Rai Trade, Rome/Milan
    • Commande: commande de l'Ircam et du printemps des Arts de Monaco pour le quatuor Diotima
    • Dédicace : à Alain Poirier et au quatuor Diotima
Effectif détaillé
  • 2 violon, 1 alto, 1 violoncelle

Information sur la création

  • 31 March 2007, Principauté de Monaco, festival le Printemps des Arts de Monte-Carlo (partie I), par le quatuor Diotima
  • 5 February 2009, Paris, Ircam, espace de projection (partie II), par le quatuor Diotima.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Serge Lemouton, Frédéric Voisin
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Observations

Une première version avait été créée en juin 2004 au festival Agora par le quatuor Diotima sous le titre Extensions.

Note de programme
Il s’agit de la création mondiale de la version longue de ce quatuor, commandé par l'Ircam et le festival du Printemps des arts de Monaco. La première version a été créée le 31 mars 2007 dans le cadre du festival par le Quatuor Diotima, dédicataire de l’œuvre avec Alain Poirier.

La question qui demeure lorsque je travaille avec les sons électroniques est : pourquoi tel traitement plutôt que tel autre ? Plus que pour les œuvres purement instrumentales, c’est par les refus que je définis le projet de ma partition. D’abord, j’élimine tous les potentiels pour me concentrer sur certains objectifs précis. En fait, plus le son est au centre des objectifs — le son davantage que les notes — et plus il m’importe de définir les enjeux. Plus les sonorités sont complexes, c’est-à-dire difficiles à hiérarchiser, plus je concentre mon discours sur ce que j’appellerai des allures propres à la partition.

Bien sûr, on pourra m’objecter qu’après tout, toute nouvelle partition pour un effectif particulier demande un traitement spécifique. Certes, mais il me semble qu’avec les sons électroniques, il faut aller au-delà des habitudes culturelles qu’impliquent tel instrument ou tel groupe instrumental. Avec l’électronique, les interrogations deviennent plus impérieuses, l’outil étant plus ouvert et plus limité tout à la fois. C’est à travers ces contradictions qu’il faut se frayer un chemin. Lors de l’élaboration d’une œuvre avec électronique, j’ai l’impression de devenir un composé de Robinson Crusoé (pour la reconstruction de l’environnement), du capitaine Achab (pour la recherche acharnée d’un vieux compte à régler) et de Monsieur Palomar (parce que personne n’est à l’abri du comique voire du ridicule).
Pour cette œuvre, j’ai prolongé les sonorités du quatuor à cordes par les sons électroniques qui, tous, ont été élaborés à partir d’échantillons sonores de violon, d’alto et de violoncelle. Au cours de l’exécution, les sons électroniques étendent et amplifient ce qui est joué par les instrumentistes. Le quatuor à cordes devient alors un espace sonore à la fois démultiplié, lorsque différents modes de jeu se superposent, et étendu par des sonorités que seule l’électronique permet. Il est intéressant de souligner la formidable capacité d’adaptation du quatuor à cordes, un des rares effectifs instrumentaux qui passe avec aisance de la musique du XVIIIe siècle au répertoire le plus contemporain. Le quatuor à cordes représente pour moi, avec le piano, une sorte d’absolu qui permet d’aller, pour paraphraser Debussy, jusqu’à la chair nue de l’écoute.

C’est en me posant les questions de pourquoi ceci, pourquoi pas cela ? que m’est revenu à l’esprit le titre d’une série d’œuvres de Barnett Newman (Not There-Here). En quelques couleurs parcimonieusement disséminées et associées à un titre, les tableaux de Newman ouvrent des perspectives qui restent pertinentes cinquante ans plus tard. C’est à cette reprise en main radicale de l’espace visuel et spirituel que j’ai voulu rendre hommage. Reprise en main qui ne m’apparaît pas autoritaire, je m’empresse de le souligner. La remise à plat de l’espace visuel, associé à des interrogations d’ordre philosophique voire mystique, a pour but, chez Newman, d’ouvrir notre perception de l’image sur des espaces insoupçonnés sans cette radicalité. À l’opposé du flux continu d’images, Barnett Newman choisit ses formes et délimite son espace visuel pour concentrer son discours ; attitude qui reste pour moi un modèle.

Avec cette partition pour quatuor et électronique — spécifiquement composée pour le Quatuor Diotima —, j’ai souhaité amener ma musique vers d’autres territoires, poursuivant en cela la remise en cause des prédicats de mes choix esthétiques ; remise en cause que je poursuis depuis quelques années maintenant. C’est également pour cette raison que le titre a été choisi : prendre telle voie et non pas telle autre.

Je tiens à remercier Serge Lemouton pour la réalisation musicale informatique de ma partition. Outre sa patience et sa compétence, il a su me faire entendre et écouter plus profondément les objets sonores que je voulais mettre en jeu. S’il y a une qualité dans le rapport entre les sons électroniques et la partie instrumentale, c’est grâce à lui que ce projet a pu venir à terme.

Frédéric Durieux, programme du concert du 5 février 2009, Paris, Ircam