Misato Mochizuki (1969)

Météorites (2002-2003)

pour orchestre

  • Informations générales
    • Date de composition : 2002 - 2003
    • Durée : 14 mn
    • Éditeur : Breitkopf & Härtel
Effectif détaillé
  • 2 flûte (aussi 1 flûte piccolo), flûte alto, 2 hautbois, cor anglais, clarinette, clarinette en mib, clarinette basse, 2 basson, contrebasson, 4 cor, 3 trompette, 3 trombone, tuba, 4 percussionniste, harpe, 16 violon, 14 violon II, 12 alto, 10 violoncelle, 8 contrebasse

Information sur la création

  • 28 June 2002, Japon, Tokyo.

Note de programme

Ma production récente est inspirée des mystères du cosmos. Les théories scientifiques modernes avancent de plus en plus l’hypothèse selon laquelle la vie aurait été importée sur terre par des météorites. Ces fragments de matière cosmique auraient contenu les acides aminés essentiels à l’apparition des premières cellules vivantes, à une époque géologique où la terre était bombardée par des nuages d’astéroides. Notre planète, fécondée par une poignée d’informations biologiques, n’a été que le substrat de l’évolution, le révélateur d’une vie potentielle.

L’idée de départ de ma pièce a été de traduire cette vérité en musique ; non pas d’en exprimer l’image avec du son, mais d'en adopter les mécanismes dans le processus de ma composition.

Météorites débute par l’exposition d’une information sonore, le son granulaire d’une grosse caisse frottée avec une brosse, qui se transmet vers des trompettes, puis progressivement à d’autres instruments. Comme dans un système génétique, l’information vitale véhiculée par les gènes est parfois reproduite incomplètement ou avec des erreurs de transmission (mutations génétiques). Ce principe de base de l’activité vitale trouve ici des équivalents sonores et guide secrètement l’évolution de la pièce : des éléments musicaux se dupliquent, se transmettent, se transforment ou disparaissent. Le temps physique de l’œuvre est imaginé comme le substrat de l’évolution des ces cellules musicales.

L’activité compositionnelle est pour moi une recherche technique et émotionnelle sur la transformation d’idées provenant d’autres domaines de la connaissance (scientifique, philosophique ou spirituelle), la traduction musicale de conceptions artistiques diverses (photographie, littérature). Mon intérêt est de mettre à jour et de faire jouer les règles cachées qui soutiennent les liaisons intimes du monde. En ce sens, la composition est un instrument de connaissance de l’humain.

Misato Mochizuki, 2002.