Philippe Fénelon (1952)

Zabak (1994)

pour percussion

  • Informations générales
    • Date de composition : 1994
    • Durée : 09 mn 30 s
    • Opus : 65
    • Dédicace : Florent Jodelet
Effectif détaillé
  • percussionniste

Information sur la création

  • 9 May 1995, France, Paris, Maison de Radio France, par Florent Jodelet : percussion.

Note de programme

Le mot Zabak signifie terre en langue nouba. Le peuple nouba vit dans les montagnes du centre du Soudan.

L'enjeu de la pièce est d’écrire pour les boo-bams, instrument encore peu exploité dans le domaine de la percussion. Il est traité ici comme clavier principal autour duquel on a articulé un instrumentarium réduit avec un choix particulier pour des timbres à hauteurs indéterminées ou variables. Certains instruments (djembe, peaux, congas) ont été assemblés de façon à agrandir le clavier des boo-bams. D'autres ponctuent la pièce de façon caractéristique : ceux à résonance longue (bâtons de pluie, barres de métal, cloche), courte ou sèche (hochet africain, haricot mexicain, maracas).

Le choix des timbres très typés, dont certains peuvent être qualifiés d'ethniques , est extrêmement précis. Il faut l'interpréter, sans référence culturelle réductrice, comme un essai de métissage entre le monde sonore défini par ces couleurs extra-occidentales et sa confrontation avec une pensée abstraite sur une culture.

Ces éléments de référence nous ramènent alors au titre de la pièce, pouvant être interprétée comme une incantation à la terre. Dans ce cas, il est possible de lui associer les éléments particuliers à l'univers nouba: masques, danses, paysages désséchés et désolés, rituels sanglants…, toutes les images qui sont la mythologie d'un peuple.

Philippe Fénelon.