Jonathan Harvey (1939-2012)

Tendril (1987)

pour dix musiciens

  • Informations générales
    • Date de composition : 1987
    • Durée : 14 mn
    • Éditeur : Faber Music
    • Commande: Nash Ensemble
Effectif détaillé
  • flûte (aussi flûte piccolo), hautbois (aussi cor anglais), clarinette, basson, cor, piano, violon, violon II, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 10 June 1987, Grande-Bretagne, Londres, Wigmore Hall, par le Nash Ensemble, direction : Lionel Friend.

Note de programme

Tendril est un portrait sonore vivant qui semble assimiler en une seule structure réussie plusieurs influences musicales. L'œuvre met l'accent sur la couleur sonore. L'expérience acquise par Jonathan Harvey en musique électronique apparaît ici clairement dans le choix des superpositions, dans la qualité des attaques et de l'extension des sons, et dans la combinaisons des timbres qu'il met en œuvre. Le langage musical suggère de lui-même que les influences de Jonathan Harvey ne proviennent pas des compositeurs qu'il admire mais de la nature elle-même. Le début de la pièce, et beaucoup de gestes qui s'y trouvent, ressemblent au cri primal, à des voix dans le lointain. Les claquements de langue et les gazouillis onomatopéiques de la pièce s'apparentent à la fois aux oiseaux de Messiaen, et à la scène du ruisseau dans Wozzeck de Berg, dans laquel l'auditeur peut presque voir les grenouilles dont les croassements sont évoqués par la musique. Tendril manifeste une grande sensibilité non seulement à la couleur mais aussi au temps. Il y a souvent des moments calmes – en fait, la pièce évolue dans l'espace des premières minutes d'un son pétillant et exubérant à une quasi immobilité. Par le rythme et la couleur, Jonathan Harvey a réalisé un art très kinesthétique, une musique qui affecte l'auditeur de manière saisissante et viscérale.

Jonathan Harvey, programme du concert de l'Académie d'Eté, Ircam, 22 juin 1998.