Helmut Lachenmann (1935)

Allegro sostenuto (1986-1988)

pour clarinette, piano et violoncelle

Informations générales

Date de composition : 1986 - 1988
Durée : 28 minutes
Éditeur : Breitkopf & Härtel
Commande: Eduard Brunner
Dédicace : à Eduard Brunner

Genre
Trio [Trio à vent, clavier et cordes]

Effectif détaillé
  • clarinette, piano, violoncelle

Information sur la création

  • 3 décembre 1989, Allemagne, Cologne, par les solistes de la Kölner Philharmonie : Eduard Brunner : clarinette, Gerhard Oppitz : piano, Walter Grinner : violoncelle.

Note de programme

Ainsi que dans une œuvre composée précédemment pour piano et orchestre, le matériau musical se définit ici aussi par la médiation entre les catégories « résonance » d'une part (variantes tenuto entre une sonorité secco et un « laisser vibrer » naturel ou artificiel) et « mouvement » d'autre part. Ces deux aspects du son se rencontrent dans la représentation de la structure comme un arpegio ambivalent multiple, c'est-à-dire comme processus éprouvé de construction, déconstruction, transformation successif qui nous est communiqué comme un geste figuratif, à la fois sur une période très restreinte et en projection sur des périodes plus importantes.

Forme et expression résultent de confrontations qui se succèdent en six zones :

  1. une grande séquence d'ouverture qui utilise la totalité de l'espace des sonorités graves : des cantilènes legato composées de simples prolongements de la sonorité, c'est-à-dire des champs de résonance naturels ou artificiels, directes et indirectes, quasiment « faux » dont le dernier se termine sur une cadence (« arrêt » / « stillstand » : concept typique par lequel résonance et mouvement se joignent aux extrêmes) ;
  2. un jeu multiple très varié de sons très secs gradués entre secchissimo et une longue sonorité soutenue;
  3. la partie Allegro proprement dite, dans laquelle la résonance semble se figer comme mouvement avec une grande vitesse (ou inversement) ;
  4. interrompu et détourné par une sorte d'« hymne vidé », récitatif consistant en appels qui se propagent dans des espaces de résonance différente et parfois dans des « espaces sourds » ;
  5. retrouvant un mouvement, en escalade et s'agrippant ainsi aux limites de la violente sonorité instrumentale perforée ;
  6. finissant, pour ainsi dire, à travers une cadence finale consistant en mélanges de timbres à l'intérieur desquels résonance et mouvement fusionnent à nouveau.

Helmut Lachenmann.